^

Monde

Madrid passe à la répression ouverte

La Garde civile donne l’assaut au Gouvernement catalan

Un coup de force en bonne et due forme. Envoyée par le gouvernement central de Madrid, la Garde civile vient de prendre d’assaut plusieurs ministères dépendant du Gouvernement catalan pour entraver le processus référendaire du 1er octobre sur l’indépendance.

Du jamais vu, donc. Mercredi matin, des détachements de la Garde civile espagnole ont pris d’assaut plusieurs dépendances de la Généralité, le gouvernement autonome de Catalogne. Le ministère de l’Économie et divers organismes des finances catalanes dont l’Agence du Trésor, le ministère des Affaires sociales ainsi que le ministère des Affaires extérieures sont à l’heure actuelle occupés par les forces de police de Madrid.

La Garde civile a également arrêté le ministre des Finances catalan, Josep Maria Jové ainsi qu’une douzaine d’autres représentants et responsables de la Généralité, interpellés dans la matinée dans les administrations ou à leur domicile.

Carles Puigdemont, président de la Généralité de Catalogne, a convoqué une réunion d’urgence du Consell de Govern, l’exécutif catalan, tout en appelant au calme. En effet, la situation est tendue devant les administrations occupées par les forces de répression de Madrid, opposé à la tenue du référendum sur l’indépendance, des milliers de personnes se sont rassemblées spontanément aux cris de « Votarem ! » [« Nous voterons le 1er octobre »] et « Independencia ! », entonnant « Els segador », l’hymne national catalan.

La mobilisation, ces derniers jours, en faveur du référendum, a été massive et le gouvernement central a clairement fait le choix de monter d’un cran dans la stratégie d’affrontement.

Au Parlement catalan, les députés ont interpelé l’exécutif espagnol. Le Premier ministre Mariano Rajoy a répliqué par médias interposés en justifiant l’opération de police au nom du « respect de la Constitution de 1978 et des lois ».

Le Parti Socialiste (PSOE) espagnol est sur la même ligne que la droite espagnole, au pouvoir, et a annoncé qu’il soutient également l’annulation du référendum d’octobre ainsi que l’article 155 de Constitution espagnole permettant de suspendre le statut d’autonomie dont bénéficie aujourd’hui la Catalogne.

Dans la plupart des villes et villages de Catalogne, de même qu’à Barcelone devant les sièges des administrations occupées par Madrid, des rassemblements s’organisent pour exiger le respect du droit à l’autodétermination, piétiné par le gouvernement madrilène. Les équipes catalanes de La Izquierda Diario – Etat espagnol suivent en direct l’évolution de la situation.

[Crédit photo Manuel Marquez]




Mots-clés

Catalogne   /    Prisonniers politiques   /    Etat Espagnol   /    Répression   /    Monde