Société

Contre Cigéo et son monde

Expulsion de la ZAD de Bure

Publié le 7 juillet 2016

Alors que le jeudi 30 juin l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) annonçait une augmentation de 4% du PIB et 900 000 emplois créés d’ici 2050 si la production énergétique devenait 100% renouvelable, le 7 juillet au matin les forces de l’ordre expulsaient violemment les opposants au centre industriel de stockage géologique (Cigéo), qui occupaient le bois de Mandres-en-Barrois (Meuse) depuis le 19 juin.

Camille Breks

Des moyens extraordinaires ont été mis en place ce matin afin d’expulser les opposants au projet : des centaines de gardes mobiles, un hélicoptère et un bulldozer. Selon Reporterre, des habitants ont même été assignés à résidence. Les forces de l’ordre n’ont pas hésité à user de gaz lacrymogènes en grande quantité dans le bois, sans considération pour les enfants et les personnes âgées présents.

Cigéo est un projet d’enfouissement de déchets parmi les plus radioactifs à 500 m sous le sol dans des couches argileuses. Le site serait exploité 100 ans, avec un confinement de 80000 mètres cubes de résidus pour plusieurs millénaires.

Ce projet a été contesté dès le départ et la cession du bois de Mandres-en-Barrois a été faite de manière anti-démocratique puisque la population avait voté contre Cigéo lors de la consultation publique, et un recours est en cours.

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), qui occupe depuis à présent 20 ans la forêt, a déjà commencé les travaux de manière illégale en arrachant 9 hectares d’arbres alors que le bois est protégé par le plan de gestion de bois Leduc établi par l’ONF suite à la tempête de 1999 jusqu’en 2018 et sans qu’aucune autorisation préalable de la préfecture n’ait été donnée. Le projet Cigéo n’est actuellement pas autorisé, la loi le permettant est en ce moment examinée par l’Assemblée nationale et le Sénat, qui ne manqueront probablement pas de valider ce projet bien que destructeur et anti-démocratique car seuls les députés écologistes s’y opposent.

Contre la poubelle nucléaire Cigéo et son monde, une quarantaine d’opposants ont commencé à occuper le bois afin d’empêcher sa destruction, ils ont construit des barricades et des cabanes afin d’y vivre. Alors qu’ils ont été expulsés ce matin, ils appellent à une grande manifestation pour réoccuper les lieux dès demain 8 juillet afin d’empêcher l’ANDRA de construire Cigéo. Ainsi, un rassemblement les 16 et 17 juillet est organisé, jours de validation de la « phase-pilote » du projet par l’Assemblée nationale. Contre le nucléaire et contre le gouvernement, tous solidaires contre Cigéo !

Appel à soutien aux occupants du bois de Mandres-en-Barois : http://www.sortirdunucleaire.org/spip.php?page=bure2016_soutien#sign