^

Politique

Guerre fratricide au sein du parti frontiste

Florian Philippot lance son association Les Patriotes

Après l’énorme déception du second tour, les tensions fratricides se font entendre au sein du parti frontiste, si bien que l’aile droite accuse l’aile Philippot d’être responsable de la défaite, et que Marine Le Pen en est venue à appeler à une « transformation profonde » du parti. À moins d’un an du prochain congrès du FN, Florian Philippot lance son association Les Patriotes. Une façon de peser sur les prochaines recompositions, mais aussi de prouver son indépendance.

« Ce ne sera pas un courant » assure Florian Philippot. Le vice-président du parti a annoncé la création d’une association logée au sein du FN cette semaine. Il s’agit, explique Florian Philippot, de « ne pas laisser retomber l’élan de rassemblement du second tour » et de travailler à cette alliance des patriotes qui pourrait s’étendre à Debout la France et aux souverainistes en vue de constituer « un large rassemblement ». Cette annonce arrive après que le parti de Nicolas Dupont Aignan ait refusé de maintenir l’accord électoral avec le parti frontiste en vue des législatives, qui témoigne des pressions internes au parti DLF qui s’était vu divisé sur la question du soutien à Marine Le Pen pour le second tour.

La création de l’association, dont il sera par ailleurs président, n’est évidemment pas déconnectée du climat fratricide qui règne au sein du Front National depuis la déroute du 2nd tour. En effet, Philippot est pointé du doigt par de nombreux cadres du parti comme responsable de la défaite aux élections. L’aile droite, incarnée par Marion Maréchal Le Pen, favorable à une Alliance des droites, met en cause les accents « gauchistes » de l’aile Nord incarné par Florian Philippot. L’aile Sud, plus traditionnelle, déplore que la campagne de Marine Le Pen ait davantage cherché à dialoguer avec l’électorat de gauche, en axant son programme sur le volet « social » à travers des thèmes comme l’Euro, l’Europe, la retraite, etc. « Philippot ne sert pas la cause. Il apporte du professionnalisme, mais il a une pensée de gauche : qu’il aille chez Mélenchon », s’agace un cadre du parti. C’est ce même contexte de guerre interne qui a très certainement poussé Marion Maréchal Le Pen à quitter (momentanément) la vie politique,ce qui a été vécu comme une « désertion » de la part de Jean Marie Le Pen, qui incarne lui aussi l’aile plus traditionnelle du parti.

Pour répondre aux attaques, Florian Philippot a menacé de quitter le Front National si la sortie de l’euro était abandonnée du programme du Front National. Le vice-président du FN est aujourd’hui mieux placé dans le rapport de force interne, puisque les scores réalisés par le parti ont été plus importants dans le Nord et les régions désindustrialisées dans lesquelles la ligne Philippot a réussi à capter une partie de la colère populaire. Mais c’est sans doute pour s’assurer de garder la main dans un duel qui s’annonce explosif au sein du FN que celui-ci a annoncé la création de son association Les Patriotes. L’association interne au FN (mais que l’on peut rejoindre sans être membre du Front National renseigne Philippot) est un moyen d’accumuler des forces en vue du prochain congrès du parti qui doit se tenir en janvier 2018. Mais aussi de se donner une porte de sortie dans le cas où la tempête interne aurait raison de lui.

Pour le moment, outre Dupont Aignan, seuls des proches de Philippot ont annoncé rejoindre l’association. En revanche, celle-ci se retrouve déjà sous le feu des critiques des cadres du parti, notamment de la ligne du Sud. Le député apparenté au FN Gilbert Collard a ironisé, ne comprenant ni le "sens" ni "l’intérêt" du projet : « Dans le contexte actuel, on ferait mieux de créer une association pour gagner les législatives ». Gilbert Collard a dit y voir une "signification égotique" : « Cette association a pour but de donner un espace politique à Florian Philippot ».

Cette affaire intervient au même moment que la création, par Jean Marie Le Pen, d’une nouvelle organisation politique qui concurrencera directement celle de sa fille aux législatives. Décidément, dans la famille FN, rien ne va plus.

Source Photo : lesnouveautes.fr




Mots-clés

Florian Philippot   /    FN   /    Extrême-droite   /    Politique