Société

Des logements pour tous et toutes !

"Logements, papiers !" Les expulsés du 168 manifestent à Saint-Denis pour la 4ème fois

Publié le 11 octobre 2016

Dylan Leonard

Ce mardi 11 octobre se tenait la quatrième manifestation de soutien aux habitants du 168 avenue Wilson, à Saint-Denis. Regroupés en collectif depuis leur expulsion survenue dans des conditions totalement illégales le 25 août dernier, les habitants et leurs soutiens ont une nouvelle fois manifesté dans les rues de la ville de Saint-Denis afin de faire entendre leurs revendications.

Une quarantaine de personnes se trouvaient au départ commun à Porte de Paris, où le collectif des habitants du 168 organisait sa quatrième manifestation, dans l’indifférence générale de la sous-préfecture de la ville et de la mairie. Expulsés sans enquête sociale, sans listing des habitants, sans moyen de récupérer leurs effets personnels se trouvant dans l’immeuble maintenant muré. Désormais à la rue, y compris pour les enfants en bas-âge et les malades de longue durée, ils se battent aujourd’hui pour être relogés. Les habitants ont trouvés refuge sous un pont non loin de Porte de Paris, où l’arrosage automatique se met en marche chaque matin, malgré les demandes répétés de couper le système. Lors des précédentes manifestations, le cabinet du Maire avait informé habitants et habitantes que la sous-préfecture allait proposer une réunion, ce qui ne s’est pas concrétisé ; sans plus informations de leur part. Les conditions de vie pour ces habitants sont de plus en plus indécentes tandis que l’hiver approche à grand pas.

Le cortège est finalement arrivé devant la sous-préfecture, fermée pour l’occasion, refusant tout dialogue avec ces hommes et femmes ayant des revendications simples : la possibilité de récupérer les affaires restées au sein du bâtiment muré, un logement pour tous et pour toutes ainsi que des titres de séjour pour ceux n’en possédant pas. La sous-préfecture n’a pas souhaité ouvrir ses portes aux personnes expulsées tandis que d’autres habitants de Saint-Denis, venus au même moment se retrouvaient alors devant un bâtiment refusant de recevoir les habitants, contredisant totalement les dires du cabinet du Maire.

Mercredi 12 Octobre, le bâtiment muré du 168 avenue Wilson sera ouvert, mais la situation est délicate pour les habitants puisqu’aucune réunion n’a été organisée avec la sous-préfecture, chose totalement illégale. Soutenons les habitants et habitantes du 168 dans leur lutte et mobilisons nous pour leur venir en aide !