Politique

Envahissements, blocages, rassemblements, Assemblées Générales ...

Mobilisation contre la loi travail :12 avril, une journée mouvementée à Toulouse !

Publié le 12 avril 2016

Au vue des annonces faites ici ou là, la journée du 12 avril promettait d’être mouvementée à Toulouse. Avec des actions tout au long de la journée, on peut dire que le pari est réussi.

Fréderic Apoyo

Dès 7 heures du matin, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées aux Arènes avant de converger vers le site d’Airbus en vue de mener un blocage économique de la structure. Une action qui a donné le ton et laissait présager d’une journée intense de lutte sur la ville rose. Arrivé sur place, le dispositif policier conséquent marque la volonté des autorités d’y opposer une répression intense. Au final, le blocage aura tenu jusqu’à 10 heures et si aucune interpellation n’est à déplorer, les agents de répression ont procédé à la fouille et à la prise d’identité de l’ensemble des manifestants sans qu’aucun incident ne vienne justifier de telles mesures...

Le deuxième point chaud de la journée s’est situé à la gare de Matabiau. Conformément à la décision prise enAssemblée Générale d’aller à la rencontre des cheminotsqui sont en bataille contre l’application du décret SOCLE, une quarantaine d’étudiants du Mirail se sont rassemblés sur le parvis de la gare à midi. Là aussi, le dispositif policier était conséquent et le trafic du métro a été, par intermittence, coupé. De même que dans la matinée, la situation est restée calme et les étudiants présents sont restés en place jusqu’à 14 heures, avant qu’une partie d’entre eux ne se déplace vers le conseil général.

En effet, un rassemblement était prévu devant le siége du CG pour protester contre la suppression de la prise en charge des mineurs et familles isolés. Les jardins ont été envahit par une foule d’environ 200 personnes tandis qu’un groupe d’une vingtaine de manifestant à pu se frayer un chemin jusque dans la cour centrale. Cette fois ci, les CRS et autres membres de la BAC se retrouvent en sous nombre face à la foule. En définitive, tout le monde s’est retrouvé sur le parvis du Conseil Général pour une Assemblée Générale qui a mis l’accent sur la nécessite, vitale pour poursuivre le mouvement, de la convergence des luttes.

16h30, une masse d’étudiants du Mirail, de Paul Sabatier et des lycéens mobilisés se regroupent au métro Jean Jaurès. L’opération consiste par la suite à converger vers le péage de l’autoroute à proximité de Ramonville. Cette fois-ci, la police s’est retrouvée complètement prise au dépourvue et un seul véhicule était présent sur les lieux, très certainement pour une autre raison que l’opération « péage gratuit » mise en place. En une heure, les 80 manifestants présents ont reçut de nombreux mots de soutien et la coquette somme de 900 euros venu garnir les caisses de grèves des différentes composantes de l’action.

Une journée qui était prometteuse sur le papier et qui a été une belle réussite, ponctuée par la désormais traditionnelle « Nuit Debout » sur la place du Capitole. Qu’on se le dise, après un 31 mars réussi, la mobilisation générale sur la ville rose est loin d’être terminée !