^

Politique

#PenelopeGate

Nouvelles révélations : Penelope Fillon était rémunérée par un ministère dès 1980

Le feuilleton Penelope Fillon connaît un nouveau rebondissement : 1997, 1986, 1982… et maintenant 1980 serait la date à laquelle la femme du candidat à la présidentielle aurait commencé à travailler « dans l’ombre de son époux », révèle Le Canard enchaîné.

Mediapart expliquait déjà lundi 10 avril que Penelope Fillon aurait travaillé en tant que chargée de mission à l’Assemblée nationale depuis 1982, tandis que le candidat des Républicains avait déclaré qu’elle n’occupait le poste que depuis 1986. L’affaire s’aggrave pour le candidat à la présidentielle : Le Canard enchaîné a révélé dans son édition du mercredi 12 avril qu’en réalité Penelope Fillon aurait été rémunérée depuis 1980. Le journal explique en effet qu’à cette époque, François Fillon, qui occupait la fonction de chef de cabinet adjoint du ministre de la Défense, « s’est débrouillé pour que sa fiancée décroche un job de collaboratrice au sein d’un ministère parisien ».

Ainsi, Penelope Clarke, âgée à l’époque de 25 ans, aurait été employée pour une durée de 15 mois comme « personnel non titulaire de l’État », pour une « mission au contenu inconnu » touchant l’équivalent de trois fois le SMIC de l’époque, soit environ 90000€ pour la période, alors qu’elle était encore inscrite à l’université. Cet emploi aurait cessé en 1981, lors de l’arrivée des socialistes au pouvoir, date à laquelle François Fillon était déjà devenu député suite à la mort de Joël Le Theule.

De son côté, François Fillon peine à trouver une défense valable et s’est contenté de menacer le journal satirique, qui affirme pourtant détenir des preuves : « Votre affirmation est fausse, si vous l’écrivez, nous ne pourrons pas rester inertes. ». Il s’était défendu tant bien que mal lundi dernier contre Mediapart en maintenant le cap du complot tandis que son avocat n’avait même pas pris la peine de démentir les faits, déclarant que« la bonne question à se poser, c’est pourquoi le parquet national financier qui, lui, savait depuis des semaines, n’en a pas parlé, et pourquoi cette information sort à quatorze jours du premier tour. ».Face à toutes ces révélations accablantes, le candidat ne sait plus quel cap maintenir et voit ses nerfs lâcher, comme le prouvent ses dernières déclarations, que ce soit à l’encontre de Philippe Poutou, auquel il a menacé de faire un procès, ou ses insultes envers ceux qui oseraient s’offusquer de ses costumes et ses montres.

L’étau se resserre donc autour du candidat qui, selon le dernier sondage, n’atteindrait plus le second tour.Il est vrai que cette nouvelle affaire, à quelques jours à peine du premier tour de l’élection présidentielle, est un élément supplémentaire qui vient s’ajouter à la longue liste de scandales qui touchent François Fillon, un des derniers en date étant la mise en examen de Penelope Fillon pour complicité et recel de détournements de fonds publics.




Mots-clés

#PénélopeGate   /    Présidentielles 2017   /    Politique