^

Genres et Sexualités

Projet de loi LREM

Pour redorer son image, Macron remet la PMA en débat

Après sa première année de mandat, Macron, qui voit sa base sociale se réduire de semaine en semaine, relance le chantier de l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens, pour essayer de draguer à gauche.

Il y a un an, presque jour pour jour, Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes se faisait la porte-parole du gouvernement à propos de la PMA (procréation médicalement assistée, jusqu’alors réservée au traitement de l’infertilité au sein de couples hétérosexuels) : « L’idée n’est pas de recrisper la société avec des débats comme ceux qu’on a pu connaître au moment du mariage pour tous, qui ont été peut-être longs, durs et crispants pour la société ».

Alors que cette question faisait partie des promesses « sociales » de Macron au cours de sa campagne, elle avait rapidement été repoussée aux calendes grecques. Et d’autres chantiers plus brûlants ont été traités en priorité : la loi travail XXL, la loi ORE ou encore la réforme du rail pour ne citer que ces attaques faites au monde du travail et à la jeunesse pendant cette première année du quinquennat.

Mais ce faisant, en attaquant tous azimuts de larges pans de la société, Macron a vu sa base sociale – déjà faible au moment de son élection – fondre comme neige au soleil au cours des derniers mois. Et en dépit de ses attentes et d’une communication impeccable, la victoire de la coupe du monde par l’équipe de France, Macron n’aura pas regagné de points dans les sondages de popularité.

Ainsi, le gouvernement cherche à contrebalancer le poids de ses nombreuses attaques par des mesures sociales, qui correspondent à des revendications à la gauche de Macron. C’est pourquoi il n’est pas anodin que le député LREM Guillaume Chiche annonce dans le JDD qu’il va déposer dans la semaine un projet de loi pour « l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, y compris aux célibataires et couples lesbiens, et le remboursement par la Sécurité sociale de cet acte » ainsi que « la reconnaissance automatique de la filiation des enfants nés d’une gestation pour autrui (GPA) à l’étranger ». Quelques jours plus tôt, c’est François de Rugy, président de l’Assemblée, qui appelait de ses vœux un projet de loi sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, en espérant qu’il soit rapidement voté.

Alors que dans cette même interview Guillaume Chiche dénonce « certains militants obscurantistes [qui] vont vouloir refaire le match de la mobilisation contre le mariage pour tous », l’ironie est cruelle quand on sait que le gouvernement est composé d’opposants notoires au mariage pour les couples homosexuels.

Mais les milieux féministes et LGBTI ne sont pas dupes quant à la récupération que tente d’opérer l’exécutif. Au lieu d’élargir sa base sociale, il n’est pas impossible que Macron se mette à dos les secteurs les plus conservateurs et réactionnaires de la société – ceux-là même qui étaient descendus dans la rue contre le mariage pour tous – alors qu’il s’agit d’une frange jusqu’à présent peu hostile à la politique du gouvernement.




Mots-clés

PMA   /    Féminisme    /    Emmanuel Macron   /    Genres et Sexualités