^

Notre classe

Après le reportage méprisant de Capital

Vidéo. Actions coup de poing. Du siège de M6 à La Défense, les cheminots haussent le ton

Ce mardi 12 a été riche en actions de la part des cheminots en grève depuis bientôt 3 mois. Et les raisons de hausser le ton ne manquent pas : de l'intransigeance du gouvernement à la politique de négociation des directions syndicales, en passant par le mépris odieux du reportage de M6 dans l'émission Capital tentant par tous les moyens, parfois fallacieux, de discréditer le mouvement cheminot contre le pacte ferroviaire.

Après les AG locales et l’AG inter-services de Gare du Nord, c’est au siège de M6 que la journée de mobilisation a commencé. Lors de la dernière inter-gares ce lundi avait en effet été proposé de faire une action pour dénoncer le reportage odieux de l’émission Capital de la veille sur M6. Les cheminots ont tenté d’envahir le siège, mais les CRS étaient déjà présents sur les lieux à leur arrivée, et c’est donc devant le bâtiment que les cheminots ont exprimé leur mécontentement, sous le regard médusé des employés de la chaîne.

A la suite de cette action, les grévistes avaient décidé de remonter l’avenue de la Grande Armée jusqu’à la Défense afin de rejoindre l’action appelée devant le siège de la Direction Voyages SNCF, bloquant au passage la circulation sur l’avenue de la Grande Armée et sur le pont de Neuilly. A l’arrivée au CNIT de la Défense, les cheminots de l’inter-gares ont déployé leur banderole interpellant les directions syndicales sur le calendrier de la perlée « Pour gagner, changeons le calendrier ». Les quelques 200 cheminots arrivés en renfort ont été empêchés par les CRS de se joindre aux manifestants se trouvant alors à l’intérieur du CNIT. Une fois les cheminots de tous syndicats et non-syndiqués réunis sur le parvis, ils ont été déployer leurs banderoles sur les marches de la Grande Arche.

La journée s’est continuée par une manifestation spontanée sur les Champs Élysées, qui a fini réprimée par les forces de l’ordre. Les cheminots ont en effet été matraqués puis nassés par les CRS, dont la seule préoccupation était clairement de ne pas gêner le trafic sur cette artère commerciale et touristique que sont les Champs Élysées. Une cheminote s’est pris des coups de matraque alors qu’elle avait les bras levés pour montrer son pacifisme. C’est au compte-gouttes et pendant plusieurs heures que les CRS ont enfin libéré les grévistes sous bonne escorte.

Le bilan de cette journée est que la voix des cheminots s’est encore une fois faite entendre dans les rues de la capitale, contre ce gouvernement et ses réformes anti-sociales, mais aussi contre ses chiens de garde qui essayent à coups de battage médiatique de faire passer auprès de l’opinion publique la pilule de la régression sociale.




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    Vidéo   /    SNCF   /    Notre classe