^

Notre classe

Rassemblement en soutien à un délégué CGT de l’intérim victime de répression

[Vidéo] Tous avec Frédéric Willemain, mis à pied par Start People pour avoir soutenu des postiers en grève

Flora Carpentier

La répression qui s’abat sur Frédéric Willemain, délégué CGT de l’agence d’intérim Start People, est emblématique de ces mesures dont sait si bien faire usage le patronat pour casser les solidarités entre les travailleurs en lutte. Plus encore quand il s’agit d’éviter tout mouvement de solidarité entre des postiers en grève et les intérimaires embauchés illégalement par La Poste pour les remplacer. Car c’est bien cela qui a conduit à la mise à pied conservatoire de Frédéric, et non les accusations mensongères qui ont été émises à son encontre. Start People lui reproche d’avoir empêché ses collègues intérimaires de pénétrer sur le site de La Poste de Rivesaltes (66), le 16 décembre 2015, alors que les postiers y étaient en grève depuis 2 semaines. Mais comme si cette calomnie antisyndicale ne suffisait pas, Frédéric s’est vu accuser également d’avoir agressé le directeur du bureau de Poste. A ce jour, Frédéric a reçu une mise à pied conservatoire et risque le licenciement. Pourtant, son seul tord est d’avoir rempli son rôle de délégué syndical en informant ses collègues de leurs droits et de l’illégalité du recours aux intérimaires pendant une grève. L’Inspection du travail de Perpignan a d’ailleurs confirmé cette illégalité.

En attendant, la grève se poursuit, depuis plus de deux mois, dans le bureau de Poste de Rivesaltes. Comme dans de nombreux bureaux, les postiers se battent contre un projet de réorganisation, qui vise à supprimer des tournées, donc des emplois, avec l’augmentation des cadences et la dégradation des conditions de travail qui vont avec.

Frédéric Willemain était convoqué à un entretien préalable au licenciement ce jeudi 4 février… jour de mobilisation pour la relaxe des 8 salariés de Goodyear. Il a donc préféré renoncer à l’entretien pour apporter sa solidarité aux travailleurs de Goodyear, Air France, ID Logistics et bien d’autres, victimes comme lui de répression syndicale et réunis ce jour-là.

Le mercredi 10 février, un comité d’entreprise extraordinaire de Start People est convoqué pour étudier la procédure de licenciement de Frédéric. L’Union Syndicale de l’Intérim CGT appelle à un rassemblement au même moment, à 12h devant le siège de Start People à Rueil-Malmaison. Soyons nombreux pour exiger l’arrêt des poursuites envers Frédéric Willemain et pour protester contre la criminalisation de l’action syndicale.

RDV mercredi 10 février à 12h devant l’immeuble Le COROSA, 1 rue Eugène et Armand Peugeot (RER A, station Rueil)

Signer la pétition de soutien de Frédéric Willemain

Intervention de Frédéric Willemain au rassemblement du 4 février à Paris :




Mots-clés

Goodyear   /    La Poste   /    Syndicat   /    Répression   /    Notre classe