^

Société

Documentaire choc

A Lille dans le bar de Génération identitaire : appels au meurtre et référence nazi

Une enquête préliminaire a été ouverte ce mercredi suite à la diffusion du documentaire « Generation Hate » d’Al-Jazeera filmé en caméra caché à l’intérieur du bar lillois La Citadelle, géré par Génération Identitaire. Pendant six mois, le journaliste infiltré expose la réalité de ce « club privé », inaccessible aux étrangers et non identitaires, dans lequel ses membres se vantent des ratonnades et lancent des appels au meurtre dans un racisme décomplexé.

vendredi 14 décembre 2018

Depuis 2015, l’ouverture du bar La Citadelle à Lille est questionné et crée la polémique, en cause : son caractère raciste et xénophobe. Aurélien Verhassel, membre du mouvement d’extrême droite Génération Identitaire et fondateur du bar, disait à propos du nouvel établissement : « évidemment, il faudra être Français. Pour Génération identitaire, un étranger n’a rien à faire sur notre territoire ». Mais rien ne l’empêché de continuer ses activités jusqu’à ce que la chaîne Al-Jazeera publie un documentaire en caméra cachée au sein de ce « club privé » ce dimanche, dans lequel le journaliste a pu filmer plusieurs identitaires tenant des propos racistes et faisant même de l’apologie au terrorisme et au nazisme. Une enquête préliminaire a été ouverte ce mercredi contre le bar et Martine Aubry, Maire de Lille, s’est prononcé en réclamant la « fermeture de la Citadelle qui n’aurait jamais dû ouvrir à Lille  ».

Dans cet endroit, qui se veut un lieu de rassemblement pour tisser du lien social «  à l’heure ou l’individualisme et l’isolement semblent régir toutes les relations humaines de la société  » selon leur site, un de ses membres se dit capable « de faire un carnage » en utilisant une voiture-bélier soit contre une mosquée ou le marché de Wazemmes « où il y a tous les gnoules de Lille  ». De quelle lien social parlent-ils, la question reste ouverte… Dans un des extraits de la vidéo, Verhassel, dit que le mouvement Génération Identitaire (GI) a pour but former des cadres et des jeunes et que leur politique central est la « remigration », qui consisterait à renvoyer des milliers et des milliers de personnes à ce que serait supposément leur pays d’origine, en se basant sur leur couleur de peau, religion ou car leurs ancêtres ont vécu là-bas, par exemple.

Selon la chaîne, cette enquête vise démontrer les liens secrets entre « les extrémistes violents » et l’ex-Front National (désormais Rassemblement National). Un changement de nom a visé électoral, qui n’a pas lavé les liens réels entre les deux organisations. Le leader de la Génération Identitaire de Lille a affirmé que son groupe n’a pas a faire de la politique électoraliste et c’est la raison pour laquelle en France, ils avaient le Front National et se reconnaissait dans leurs idées. Le reportage montre le lien qu’il y a entre les identitaires et des figures du Rassemblement National, comme Philippe Méry, et la fonction du mouvement GI qui recrute des identitaires pour le compte du Rassemblement National, qui a changé de nom mais pas de politique.

Crédit photo : ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA




Mots-clés

Lille   /    FN   /    Extrême-droite   /    Société