^

Politique

Victimes collatérales de la répression

A Paris, les flics envoient des lacrymos à la sortie d’une maternelle

C’est bien connu, la pédagogie, il faut que ça commence dès la plus tendre enfance. Raison de plus pour grenader à proximité des écoles, histoire que les gamins comprennent dès leur plus jeune âge comment marche cette société.

mercredi 29 janvier

Crédits photos : Capture d’écran : HORS-ZONE Press

La scène, reprise sur France Bleue est absolument hallucinante. En marge du cortège des pompiers, à Paris, ce mardi, au cours duquel les forces de répression n’ont pas lésiné sur les grands moyens, les flics ont réussi une belle prouesse : ils ont tout simplement grenadé à proximité d’une école, dans le 12ème.

A l’école maternelle et à l’école primaire Marsoulan, à 16h30, les parents viennent chercher leurs enfants. Rien de bien particulier, à ce stade. Mis à part des hordes de CRS et de mobiles qui infestent le quartier de la Nation, où sont concentrés les pompiers en grève. Certains d’entre eux sont dans le square Marsoulan, et les policiers les pourchassent. A grands renforts de lacrymo, qui tombent sous le nez des parents et des marmots.

Les parents d’élèves représentants FCPE de l’école souhaitent, selon France Bleue, demander des explications à la Préfecture de police ainsi qu’à la Mairie. Il y a fort à parier que le préfet Lallement dira que les policiers ont fait preuve de discernement et plaidera la légitime défense de ses hommes, attaqués par les méchants soldats du feu.

Et après on s’étonne que tous les enfants, à 5 ans, veulent devenir pompiers…




Mots-clés

Pompiers   /    Education nationale    /    Ecoles   /    Paris   /    Violences policières   /    Education   /    Politique