^

Politique

Allocution d’Emmanuel Macron : le MEDEF exaucé

L'allocution d'Emmanuel Macron était, chacun le sait, un non-événement. Outre l'aspect compassionnel et philosophique de l'intervention présidentielle d'hier, la seule information qui alimente aujourd'hui la réflexion des commentateurs et journalistes est la date du déconfinement prévu le 11 mai.

vendredi 17 avril

Crédit Photo : Ludovic Marin. AFP

L’allocution d’Emmanuel Macron était, chacun le sait, un non événement. Outre l’aspect compassionnel et philosophique du discours, la seule information qui alimente aujourd’hui la réflexion des commentateurs et journalistes est la date du déconfinement prévue le 11 mai.

Les écoles rouvriront bien le 11 mai sans toutefois apporter la certitude que le virus sera bel et bien éradiqué. Peu importe. Ce qui compte est que les affaires reprennent et le plus tôt sera le mieux. D’ailleurs avoir posé les jalons de ce déconfinement sans tester toute la population ni permettre à tous d’être équipés de masques montre bien quelles sont les priorités de ce gouvernement. Le business avant tout ! Alors que des centaines de personnes meurent chaque jour en milieu hospitalier, dans le Ehpad et même chez elles après leur contamination au covid19, la population ne sait toujours pas la stratégie sanitaire adoptée par le président à part un confinement qui va durer encore quelques semaines.

À défaut d’avoir entendu la "pleurnicherie hospitalière", Emmanuel Macron semble avoir très bien entendu la pleurnicherie patronale du Medef qui nous a fait un numéro de misérabilisme totalement indécent depuis le début de la crise sanitaire. Les usines, les entrepôts, les commerces vont enfin pouvoir rouvrir leurs portes et c’est tout ce qui compte.
Serons-nous tous testés ?

Le suspense aura été de courte durée. C’est un NON ferme et définitif. On continuera à voir les malades mourir les uns après les autres et tant pis si leur système immunitaire n’est pas suffisamment performant. Quant aux tests, bien trop cher pour les finances de l’Etat et cela ne ferait que retarder le déconfinement et donc la reprise de l’activité économique.

Sauf que le risque est de taille car prévoir un déconfinement accompagné d’une reprise économique expose la population à une résurgence mortelle du virus, selon les propres termes du directeur de l’OMS. Rien de nouveau donc sous le soleil sinon une colère sociale montante dont les modalités d’expression font visiblement peur aux renseignements généraux qui ont alerté le gouvernement d’un possible embrasement après le confinement.

Mais qu’on se rassure, si Emmanuel Macron ne pouvait pas prévoir la pandémie, il sait prévoir la contestation sociale. Preuve en est cette commande de gaz lacrymogènes passée le 3 mars pour un montant de plus de 3,6 millions d’euros. Au moins notre président n’est pas mauvais partout.




Mots-clés

Déconfinement   /    Emmanuel Macron   /    Politique