^

Du Pain et des Roses

Témoignage

Battue par son ex-mari policier : « J’ai failli y passer. Le juge lui a juste imposé un suivi psy »

En cette journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous publions ce témoignage qui nous est parvenu suite à la remise en liberté des deux policiers du 36 quai des Orfèvres condamnés pour viol en janvier, et qui avaient fait appel.

vendredi 8 mars

« Je ne suis pas étonnée que ces flics aient été libérés. J’ai été mariée pendant 11 ans avec un flic et j’ai souffert 8 ans de violence « silencieuse » : ces insultes qui te mettent plus bas que terre devant les amis ou les inconnus… s’entendre dire « ferme-là, tu n’es qu’une ignorante », etc. Puis il est passé à l’acte, une fois, puis deux. La deuxième fois, j’ai failli y passer. C’était en 2008.

C’est une force qui m’est venue de je ne sais d’où qui m’a aidée à fuir et qui me permet aujourd’hui de témoigner, de façon anonyme, parce que j’ai encore peur. J’ai eu 12 jours d’ITT. Pour lui, il y a eu un passage en correctionnelle où un juge lui a juste demandé de justifier au bout de six mois qu’il était suivi par un psy. Il a dû le démontrer, puisque qu’on lui a rendu son arme.

Depuis, je tente toujours de me reconstruire, sans vraiment y arriver, parce qu’en vie mais brisée. Lui, par contre, est remarié et vit comme si rien ne s’était passé. Je n’ai eu de soutien de personne, je vis dans 26 mètres carrés avec mes gosses, et malgré le fait d’être fonctionnaire je n’ai pas accès aux logements sociaux parce que je n’ai que mon salaire. Je me rends compte aujourd’hui qu’en France une femme seule, même si elle été battue, n’est pas grand-chose ou pire, de la merde. Pourtant, je connais ma valeur et que j’emmerde le système qui permet qu’une personne ne puisse vivre tout simplement dans la dignité. Je continue de vivre honnêtement en m’accrochant à penser que tout se paie un jour, et qu’il paiera. »

A l’occasion du 8 mars, nous invitons chacune d’entre vous à nous écrire pour nous faire part de vos témoignages et de vos colères, afin de leur donner de la voix : écrivez-nous à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

8 Mars   /    Féminicide   /    Violences faites aux femmes   /    Droits des femmes   /    Du Pain et des Roses