×

Quand le ridicule peut tuer

COP28. Une lettre de l’OPEP contre la sortie des énergies fossiles clôture la mascarade

Dans un courrier à ses membres, l’OPEP, a exhorté les participants de la COP28 à empêcher toute sortie des énergies fossiles. Un énième scandale sur ce sommet, au cœur de la clôture des négociations, qui va se terminer sur des accords toujours plus creux et inutiles.

James Draoust

12 décembre 2023

Facebook Twitter
Audio
COP28. Une lettre de l'OPEP contre la sortie des énergies fossiles clôture la mascarade

Crédits photo : UN Climate Change

A la veille de la clôture de la COP 28, les négociations semblent au point mort. Pour expliquer l’impasse, une centaine d’États dont ceux de l’Union Européenne dénoncent depuis quelques jours les manœuvres de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs du Pétrole). Une organisation regroupant 13 pays , en Afrique, au Moyen-Orient ainsi que le Venezuela pour l’Amérique du Sud, soit 80% des ressources fossiles et 40% de la production mondiale du pétrole brut sur la dernière décennie.

En effet, dans une lettre analysée par le journal The Guardian, le secrétaire général de l’OPEP, Haitham-al Ghais, aurait demandé à ses membres, ainsi qu’à une dizaine de pays alliés, comme la Russie et le Mexique, de faire tout leur possible pour empêcher tout accord sur la sortie des énergies fossiles. Dans cet écrit découvert trois jours avant la fin des négociations, le secrétaire de l’organisation parle d’une situation d’extrême urgence, nécessitant une réponse en bloc. «  Bien que les pays membres prennent au sérieux le changement climatique, il serait inacceptable que des campagnes aux motivations politiques mettent en danger la prospérité et l’avenir de nos peuples  » écrit Haitham-al Ghais.

Il s’agit là d’un nouvel exemple de l’influence à peine masquée des lobbys de l’industrie fossile dans cette COP, présidée par le PDG d’une multinationale pétrolière. Après la découverte de cette lettre, énième scandale de cette COP, l’habituel silence complice des puissances occidentales a cette fois laissé la place à une vague de dénonciation des manœuvres de l’OPEP. Des réactions bien moins mesurées que lorsqu’une ONG annonçait avoir recensé 2500 lobbyistes fossiles participant à la COP. Il faut dire qu’un certain nombre d’entre eux étaient directement amenés dans les valises des représentants des Etats occidentaux qui ont débattu depuis le début de la COP de nouvelles méthodes de greenwashing et d’accaparement des forêts.

Ainsi, cette lettre a provoqué la « colère » de nombreuses délégations de pays impérialistes. Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition Énergétique, a par exemple déclaré sa colère et sa stupéfaction. De son côté, la ministre de la transition espagnole, Teresa Ribera, également représente pour l’Union Européenne à la COP, a dénoncé une lettre « répugnante  ».

Derrières ces fausses indignations, plusieurs questions se posent : où était l’Union Européenne pour dénoncer la présence des 2456 lobbyistes fossiles, y compris des patrons de multinationales fossiles dans les délégations européennes ? La « colère » de Pannier-Runnacher s’applique-t-elle aussi au greenwashing et au saccage environnemental de Perenco, entreprise pétrolière, qui a fait la richesse de sa famille et dont les dividendes assurent un patrimoine à ses enfants que de nombreux travailleurs n’auront pas sur leur compte après une vie de travail ?

A la veille de la clôture de la COP28, il est clair que l’accord signé n’aura rien d’une avancée pour le climat. Si les pays du Nord tentent de se repeindre en vert en faignant l’opposition sur les énergies fossiles, eux aussi ont ramené à la COP des majors pétrolières impérialistes comme Total, Shell, BP, Exxon ou Chevron. Dans un thread sur X/Twitter, Maxime Combes, économiste, revient sur l’accord final proposé à la COP, obtenu après la « bataille ». Si les énergies fossiles y sont mentionnées, l’accord ne mentionne aucune ambition de sorties des hydrocarbures. Par ailleurs, l’accord continue de défendre le respect des 1,5°C des Accords de Paris, pourtant clairement inatteignable en l’état comme le montrent toutes les études scientifiques. Enfin, l’accord « regrette » que les objectifs d’investissements des pays riches, décidés à Copenhague, de 100 milliards d’euros pour le climat n’ont pas été respectés.

En effet, la COP 28 et les COP précédentes d’ailleurs, n’ont jamais cherché à contrecarrer les manœuvres des lobbies pétroliers. Ces grandes conférences pour le climat servent surtout aux grandes puissances à se repeindre en vert, et afficher une fausse ambition écologique, tout en garantissant le profit des entreprises écocides. Comme le pointe le journal Libération, les COP n’ont pas réussi à infléchir les courbes d’émission de CO2. Au contraire, selon le graphique présenté par le journal, la courbe de concentration de CO2 de l’atmosphère est ascendante depuis la première conférence pour le climat en 1979.

Derrière les larmes de crocodiles, et les illusions hypocrites, cette COP est bien énième farce pour le climat, de laquelle ne viendra pas la solution face à la crise climatique en cours. Au contraire, il est urgent d’empêcher les capitalistes de nuire et leur reprendre le contrôle sur l’économie. La production d’énergie devrait être gérée par les travailleuses et les travailleurs eux-mêmes en lien avec les populations pour produire selon les besoins de la majorité et de la planète et pas pour nourrir encore l’appétit de quelques spéculateurs qui nous conduisent vers la catastrophe. La solution n’est pas dans les mains des Etats au service des grands capitalistes pollueurs mais bien dans les luttes des travailleuses et des travailleurs aux côtés des mouvement pour le climat.


Facebook Twitter
Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d'EELV pour les européennes

Acheter les actions de Total pour sauver la planète ? La nouvelle trouvaille d’EELV pour les européennes

Sainte-Soline : sept militants condamnés pour leur opposition aux méga-bassines, solidarité !

Sainte-Soline : sept militants condamnés pour leur opposition aux méga-bassines, solidarité !

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

« De l'eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s'attaque aux industries de la micro-électronique

« De l’eau, pas des puces » : à Grenoble, la lutte écologique s’attaque aux industries de la micro-électronique

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?

Vote de la loi contre les polluants éternels : une « victoire historique », vraiment ?