×

Écologie des patrons

Européennes : EELV veut intégrer une macroniste pro-service militaire sur sa liste

Flora Ghebali, entrepreneuse prônant un capitalisme « écologique », est pressentie pour rejoindre la liste des Écologistes aux européennes. Ancienne conseillère com’ de Hollande, candidate macroniste en 2020, elle pourra défendre un programme 100% compatible avec la bourgeoisie.

Antoine Chantin

2 avril

Facebook Twitter
Européennes : EELV veut intégrer une macroniste pro-service militaire sur sa liste

Crédits photo : Conférence TEDx Talks Saclay

« Et si on arrêtait avec le green-washing ? ». Arboré en grandes lettres, entre un dessin de colombe et de cocotier, cette interrogation qui ouvre le site de Coalitions, l’agence « d’innovation écologique et sociale » fondée Flora Ghebali, pourrait aisément être retournée contre cette dernière. Une contradiction qui n’a pas échappé aux militant.es des Écologistes (anciennement EELV) lorsque Libération a révélé, en début de semaine, que la direction de leur parti envisageait de l’intégrer à sa liste pour les européennes.

Conseillère com’ de Hollande, candidate macroniste aux municipales : le parcours doré d’une enfant de la bourgeoisie

« La volonté de Marie Toussaint et ses conseils d’accueillir en 11e position sur la liste des écologistes aux élections européennes Flora Ghebali, influenceuse de l’écologie bourgeoise, est un camouflet pour la ligne que je représente », a aussitôt réagi sur X (ex Twitter) Bénédicte Monville, candidate écologiste aux européennes. Une nomination, que les dirigeants du parti présentent, de leur côté, comme un « élargissement de la famille écolo ».

Et pour cause. Celle qui se présente comme « entrepreneuse et militante », est bien plus proche de la caste politique et des grands patrons, que de la jeunesse mobilisée contre les méga-bassines ou des paysans en révolte contre l’agrobusiness. Avant d’avoir fondé son agence de conseil, Flora Ghebali a commencé sa carrière professionnelle sous les ors de la République, intégrant à 21 ans l’équipe de communication de François Hollande à l’Élysée. C’est au sein de la fondation créée par ce dernier, La France s’engage, qu’elle entame sa carrière afin de pousser les entreprises du CAC 40 à financer « l’entreprenariat social ». C’est cette découverte de « la France des solutions », qui la poussera à créer son agence, afin d’accompagner des entreprises aussi vertueuses que les géants Danone ou Engie, vers ce qu’elle appelle un « soft capitalisme ».

L’entrepreneuse expose, dans son essai-manifeste Ma génération va changer le monde, paru en 2021 aux éditions de l’Aube, que la solution ne viendra pas des acteurs publics et encore moins de l’État ou des services publics « trop souvent déficients et carrément ringards », mais des entreprises et des entrepreneurs eux-mêmes. Pour cette dernière, le salut de la planète n’est qu’une affaire de volonté, celle du patron, qui doit comprendre que son intérêt réside dans un développement « social et écologique », une stratégie qui «  l’amène à la performance, et donc au hard profit. » Pour la nouvelle candidate de EELV, la résolution de la crise climatique viendra donc par le haut grâce à l’émergence d’une génération de « leaders exponentiels » qui « sauront conjuguer l’imagination et le business ».

Un discours et une ambition qui ne manquent pas de rappeler la rhétorique du macronisme le plus pur. C’est donc sans surprise, que l’on retrouve Flora Ghebali aux côtés de l’ancienne ministre de la Santé d’Emmanuel Macron, Agnès Buzyn, en 2020, lorsque cette dernière menait la liste du parti présidentiel aux élections municipales à Paris. La « militante écologiste » était alors candidate de la liste « Ensemble pour Paris avec Agnès Buzyn » dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Une candidate qui prône un capitalisme « flexible et adaptable » et une « ONU des milliardaires »

En outre, dans cette vision, là encore très proche de la startup nation, qui plaide pour un capitalisme « flexible et adaptable », il n’est jamais question des travailleurs, tout au plus est-il fait mention des « citoyens » relégués au statut de consommateurs. Un citoyen qui porte individuellement la responsabilité d’une économie écocidaire, pour Flora Ghebali, car au travers de ses achats, « le consommateur citoyen possède le pouvoir de freiner la production industrielle de masse ». Charge à ce dernier d’en finir avec la « fast fashion » ou de se faire « livrer des paniers de fruits et légumes en circuit court ». Tout est affaire de bons choix de consommation donc.

Une vision qui coïncide parfaitement avec la campagne de Marie Toussaint, la tête de liste des Écologistes aux européennes. L’individualisme est en effet au centre du discours politique de cette dernière, en témoigne son meeting de lancement de campagne, en décembre dernier. Lors de cet évènement, sobrement intitulé Pulsations. Meeting pour le vivant, s’étaient succédés séances de développement personnel et « booty-positivity », lors de laquelle les huiles d’EELV s’étaient essayé au twerk.

Un meeting où le maître mot était la « douceur ». Un mot d’ordre qui ne manque pas de résonner avec le récent flash-mob de la tête de liste des écologistes devant le siège de Total et qui épouse également parfaitement le credo défendu par Flora Ghebali, pour qui « on change la société en inventant de nouveaux modèles, pas en critiquant des modèles existants ».

... et veut réinstaurer le service militaire

Mais derrière un discours tout en douceur pour les grands patrons, l’entrepreneuse et chroniqueuse pour BFMTV, ne cache pas son penchant pour l’ordre et une société sans contestations. Car chez Flora Ghebali la radicalité est proscrite : « À 8 ans déjà, je descendais taguer au feutre les affiches de l’entre deux tours de Jean Marie Le Pen – je vous rassure : c’est sûrement l’acte le plus violent de ma vie militante ». Une violence qui devrait cependant être maniée par l’Etat pour remettre de l’ordre dans une société troublée et... mettre au pas la jeunesse, thème décidément récurrent dans cette campagne pour les élections européennes.

Il existerait en effet, selon Flora Ghebali « un gros problème global de violence » dans la société. Sa solution, réinstaurer le service militaire pour insuffler une « culture de l’autorité et de la hiérarchie » dans la jeunesse. Un positionnement qui correspond à l’alignement de EELV toujours plus important avec la politique belliciste du gouvernement.

Pour Flora Ghebali, qui a grandi entourée d’une mère journaliste à succès et d’un père ayant cofondé SOS Racisme et devenu l’un des principaux dirigeants de Suez, avant d’avoir trempé dans « l’affaire Elf », ce n’est évidemment pas la politique et surtout pas les travailleurs qui « changeront la société ». Loin des projets d’écologie populaire, Ghebali souhaite en appeler aux ultra-riches pour sauver la planète : c’est ainsi qu’elle explique qu’« il faudrait créer l’ONU des milliardaires, car ce sont eux qui ont le plus de marge de manœuvre et donc potentiellement d’impact ».

En un mot le projet « d’écologie douce » que promeut Flora Ghebali n’est doux qu’aux oreilles de l’État et du patronat, repoudrant un peu le projet macroniste tout en l’accompagnant dans son tournant autoritaire, sécuritaire et militariste, mais serait assurément un projet très dur à l’encontre des travailleurs et des classes populaires. Il nous faut au contraire construire un front large qui n’attende rien des institutions mais cherche à mobiliser massivement par en bas contre la destruction de nos conditions de vie. À rebours du greenwashing au service du capital que promeut Flora Ghebali, la crise climatique ne pourra être contenue et gérée de façon démocratique qu’en s’attaquant aux causes du dérèglement climatique : la manière dont les capitalistes produisent l’énergie, la nourriture, les transports et toutes les sphères de la vie avec pour seul critère le profit immédiat.


Facebook Twitter
Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l'autodétermination de la Kanaky

Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l’autodétermination de la Kanaky

Incendie d'une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

Incendie d’une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

« Rétablir l'ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

« Rétablir l’ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !