×

Révoltes

Darmanin demande aux préfets d’expulser de leurs HLM les condamnés des révoltes avec leurs familles

Hier soir, TF1 a révélé une circulaire interne provenant du Ministère de l’Intérieur à l’intention de chaque préfet pour accélérer l’expulsion des logements sociaux des « délinquants auteurs de violences urbaines », ainsi que leurs familles.

Léo Stella

1er septembre

Facebook Twitter
Darmanin demande aux préfets d'expulser de leurs HLM les condamnés des révoltes avec leurs familles

Crédits photos : Expulsion d’une famille d’un condamné des révoltes en juillet // Twitter du Préfet du val d’Oise

Après l’expulsion fin juillet d’un homme condamné lors des révoltes de son HLM avec sa famille, Darmanin veut généraliser ce type de persécution. Dans une circulaire envoyée aux préfets par le ministre de l’Intérieur et la secrétaire d’État chargée de la Ville, Sabrina Agresti-Roubache, les ministres exhortent les préfets à expulser les familles ayant une personne condamnée parmi elles de leurs logements sociaux. Un pas en avant dans la répression des quartiers populaires par le gouvernement. La circulaire demande en effet une « fermeté systématique envers les délinquants auteurs de violences urbaines » et demande aux bailleurs sociaux, les collectivités locales ainsi qu’aux juges de « mobiliser tous les outils prévus par la loi pour expulser les délinquants des logements sociaux qu’ils occupent ». Ce qui revient à dire que dès qu’une main courante ou une décision pénale serait émise envers une personne des quartiers populaires, le bailleur sociaux sera directement informé et pourra donc monter un dossier d’expulsion. Après cela, le juge donnera sa réponse et en cas d’accord, la police pourra donc expulser les familles de leurs logements et les mettre à la rue.

Fin juillet déjà un homme qui avait écopé de 12 mois de prison à la suite d’une comparution immédiate a été expulsé ainsi que sa famille de leur logement social du Val-d’Oise par la police. Cette horrible expulsion n’a été donc au final que le préambule d’un système que le gouvernement compte généraliser.

Répression policière, judiciaire et maintenant sociale des révoltés

Le gouvernement, à travers cette circulaire et ce nouveau système bien huilé continue sa répression de la jeunesse des quartiers populaires qui s’étaient révoltés après la mort de Nahel. Après la répression policière qui a éborgné de nombreux jeunes, plongé deux personnes dans le coma et tué Mohammed durant les révoltes, on assiste maintenant aux premiers bilans de la répression judiciaire.

Sur près de 4000 personnes interpellées en 8 jours, 2107 (soit plus de la moitié) ont été jugées, 1989 condamnées dont 1787 à une peine d’emprisonnement. Un taux de condamnation de près de 95% démontrant l’implacabilité de l’institution judiciaire, déterminée à frapper fort contre les révoltes et à intimider toute une génération qui, dans les quartiers populaires, s’est révolté contre les violences policières et le racisme d’Etat.

Lire aussi : Près de 2000 condamnations suite aux révoltes : contre la répression, amnistie pour tous !

A cela, Darmanin compte maintenant permettre l’expulsion de ces jeunes et de leurs familles pour la plupart racisées de leurs logements dans les HLM. Le gouvernement a l’aide de sa police et sa justice continue sa répression brutale afin d’intimider tous ceux qui le contestent. La circulaire est aussi une réponse du Ministère de l’Intérieur à des vieilles demandes de la droite et particulièrement de l’extrême-droite sur l’expulsions de familles racisées des logements sociaux sous couvert de la rhétorique raciste de la « délinquants de quartiers populaires ». Même si dans un premier temps la circulaire s’insère dans la continuité de la répression de la jeunesse qui s’est révolte suite au meurtre de Nahel, cette circulaire a vocation à être permanente. La circulaire stipule bien que toute personne condamnée pour « trafic de drogues, rodéos, violences urbaines et destruction de biens » pourrait se voir monter un dossier d’expulsion. Autant dire que le gouvernement se dote d’un nouvel outil de répression qui va toucher directement les logements des habitants des quartiers populaires qui figurent déjà parmi les plus précaires.

Cette nouvelle attaque du gouvernement est enfin à insérer dans une offensive islamophobe et xénophobe plus générale. De l’interdiction de l’abayas et du qamis à l’école au possible renforcement de la futur loi immigration, le gouvernement compte bien entamer sa rentrée en attaquant les plus précaires, les immigrés et les quartiers populaires. Face à la répression, il est urgent de s’organiser et de mener une riposte groupée et par en bas contre ce gouvernement raciste : le 23 septembre, journée de manifestation contre les violences policières, devra être un jalon de cette riposte alliant quartiers populaires et mouvement ouvrier.


Facebook Twitter
CNews associe punaise de lit et immigration : c'est Pascal Praud le parasite !

CNews associe punaise de lit et immigration : c’est Pascal Praud le parasite !

Six mois après Sainte-Soline, « Serge n'aura connu que 3 semaines hors de l'institution hospitalière »

Six mois après Sainte-Soline, « Serge n’aura connu que 3 semaines hors de l’institution hospitalière »

Islamophobie : Edouard Philippe veut un droit d'exception pour les musulmans

Islamophobie : Edouard Philippe veut un droit d’exception pour les musulmans

Pour l'amnistie de tou·te·s les révolté·e·s, contre l'offensive autoritaire : manifestons le 23 septembre !

Pour l’amnistie de tou·te·s les révolté·e·s, contre l’offensive autoritaire : manifestons le 23 septembre !

La mairie de Montpellier veut empêcher une conférence de Salah Hamouri sur la Palestine : solidarité !

La mairie de Montpellier veut empêcher une conférence de Salah Hamouri sur la Palestine : solidarité !

Abayas : le Conseil d'Etat valide une seconde fois la politique islamophobe du gouvernement

Abayas : le Conseil d’Etat valide une seconde fois la politique islamophobe du gouvernement

Champion de l'islamophobie : le gouvernement interdit le voile aux athlètes françaises lors des JO

Champion de l’islamophobie : le gouvernement interdit le voile aux athlètes françaises lors des JO

Montpellier : un millier de manifestants contre le racisme et les violences policières

Montpellier : un millier de manifestants contre le racisme et les violences policières