×

#SoutienAnasse

Déferlante raciste. L’extrême-droite appelle sur Twitter à la « remigration » d’Anasse Kazib

Après la réussite du premier meeting de campagne d’Anasse Kazib, la fachosphère s’active à déverser sa haine en appelant, en tendances Twitter, à la « remigration » du candidat issu des quartiers populaires. Anasse Kazib doit recevoir le soutien le plus large face à l'extrême-droite, notamment via #SoutienAnasse.

21 octobre 2021

Facebook Twitter

Comme à leur habitude, les fachos de la twittosphère s’agitent et lancent des campagnes contre des figures militantes. Aujourd’hui, ils ont ainsi propulsé en tendance n°2 sur Twitter le hashtag #AnasseKazibRemigration plus de 2 000 tweets en moins de deux heures. La raison de l’offensive ? Le meeting de lancement de la campagne d’Anasse Kazib, qui a réuni ce mercredi soir plus de 450 personnes de différents secteurs à l’avant-garde de la lutte contre le gouvernement et l’extrême-droite.

A quelques dizaines se retweetant jusqu’à l’indigestion, les fachos crachent leur haine face à une démonstration de force de la part du candidat des quartiers populaires, du mouvement ouvrier, des mouvements de jeunesse et LGBT. L’attention de la fachosphère semble avoir été attirée par un tweet du candidat montrant une salle comble. En particulier, c’est l’absence de drapeaux français, relayée par le site d’extrême-droite FdeSouche, qui a énervé l’extrême-droite.

Autour du hashtag #AnasseKazibRemigration, une multitude de montages racistes et haineux. Des figures réactionnaires ont également réagi, à l’image
de Bruno Attal secrétaire national du syndicat France Police qui s’en est pris au passage à Assa Traoré. Une énième sortie raciste pour celui qui n’avait pas hésité à culpabiliser et attaquer en direct dans TPMP Tommi, victime de viol au commissariat du 19e par des policiers.

Alors qu’Anasse Kazib dénonçait le silence des médias lors de ce meeting de lancement de campagne en affirmant qu’« il faut saluer la mémoire de Pétain pour que les médias viennent » en référence à Zemmour dont la haine est portée quotidiennement par la presse et les instituts de sondage, ce sont ses soutiens qui s’attaquent désormais au candidat d’extrême-gauche.

Face à ce déferlement de haine puante, les militants de Révolution Permanente ont lancé le hashtag #SoutienAnasse pour répondre à la fachosphère, qui s’attaque régulièrement au candidat - l’extrême-droite l’avait déjà menacé de mort à son encontre - tout comme aux figures éminentes de l’antiracisme, Assa Traoré étant également une de leur cible de prédilection. Thomas Portes ancien porte-parole de la campagne de Sandrine Rousseau, David Guiraud de La France Insoumise ou encore le militant et journaliste Taha Bouhafs ont d’ores et déjà apporté leur soutien à Anasse Kazib.


Facebook Twitter
Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Commande de 2000 drones kamikazes : Macron prépare l'« économie de guerre »

Commande de 2000 drones kamikazes : Macron prépare l’« économie de guerre »

Marine Le Pen dans Les Echos : le RN approfondit sa mue néolibérale

Marine Le Pen dans Les Echos : le RN approfondit sa mue néolibérale

« Remettre la révolution à l'ordre du jour » : meeting le 6 mars avec A. Kazib, F. Lordon, S. Hamouri…

« Remettre la révolution à l’ordre du jour » : meeting le 6 mars avec A. Kazib, F. Lordon, S. Hamouri…

« Statut de l'imam » : Darmanin veut renforcer le contrôle de l'État sur les musulmans

« Statut de l’imam » : Darmanin veut renforcer le contrôle de l’État sur les musulmans

Ritchy Thibault, enfermé 50h et poursuivi pour avoir interpellé Macron : solidarité !

Ritchy Thibault, enfermé 50h et poursuivi pour avoir interpellé Macron : solidarité !

Montpellier. Un militant fiché comme terroriste pour des propos en soutien à la résistance palestinienne

Montpellier. Un militant fiché comme terroriste pour des propos en soutien à la résistance palestinienne

Ukraine. Macron joue les chefs de guerre, le mouvement ouvrier doit reprendre l'offensive

Ukraine. Macron joue les chefs de guerre, le mouvement ouvrier doit reprendre l’offensive