^

Monde

Non à la guerre

Des milliers de personnes se mobilisent aux États-Unis contre les attaques de Trump au Moyen Orient

Des milliers de personnes ont manifesté, ce samedi 4 janvier, dans plus de 80 villes des États-Unis pour s’opposer aux attaques de Trump et à une possible guerre contre l’Iran. Tour d’horizon, en images, sur cette mobilisation.

lundi 6 janvier

Article initialement publié en espagnol sur La Izquierda Diario

Dans plus de 80 villes des États-Unis, des milliers de personnes ont manifesté leur réprobation des bombardements décidés par l’administration Trump sur le territoire iraquien, qui ont conduit à la mort du général iranien Qasem Soleimani. Cette attaque est perçue comme un acte de guerre pouvant conduire à une escalade guerrière de l’impérialisme américain contre l’Iran.

Ces appels à mobilisation, convoqués dans l’urgence et qui ont réunis plusieurs milliers de manifestants, pour être le point de départ d’un nouveau mouvement anti-guerre et anti-impérialiste aux États-Unis, contre les interventions militaires, comme nous avions pu le voir en 2003 contre la guerre en Irak.

Washington a été une des places fortes de ce début de mobilisation. Une manifestation à laquelle a participé l’actrice Jane Fonda, qui a été ovationnée par une foule qui a réclamé la fin immédiate des interventions impérialistes tout autour du globe.

Voici quelques images des manifestations dans les grandes villes des États-Unis.

Mobilisation vendredi et samedi à New-York

Ce vendredi 3 janvier dans la nuit, un groupe d’activistes s’est réuni devant la maison du sénateur démocrate Chuck Shumer à New-York. Un manifestant a déclaré que « les démocrates ont attisé les flammes de la guerre. Sur ce thème, il est impossible de distinguer un démocrate d’un républicain, et j’en ai marre d’eux tous ».

Le lendemain, des centaines de personnes se sont réunies à Times Square pour protester comme l’attaque américaine contre l’Iran et contre la possibilité d’un conflit ouvert, au chant de « sans juste, pas de paix ! Les États-Unis hors du moyen orient ! »

Chicago : Manifestation ce samedi devant la tour Trump

Plus de mille personnes se sont réunis à Chicago, ce samedi 4 janvier. Les manifestation se sont réunis devant l’hôtel Trump et ont bloqué le Lake Shore Drive. « Ce n’est pas un hasard si les contrats militaires ont augmentés. Ce n’est pas un hasard que cela arrive lors d’une année électorale » a déclaré un manifestant.

Washington. Manifestation devant la Maison Blanche

Plus de 1000 manifestants se sont réunis devant la Maison Blanche à Washington, ce samedi, avec des pancartes sur lesquelles nous pouvions lire « Non à la guerre » et au chant de « sans justice, pas de paix ! Les États-Unis hors du Moyen-Orient ». La manifestation s’est ensuite rendue devant l’Hôtel International Trump.

« Besoin d’une distraction ? Commence une guerre », était-il possible de lire sur une pancarte d’un manifestant de 66 ans.

A Los Angeles, plus de 300 personnes place Pershing

Plus de 300 personnes ont défilé, samedi, dans les rues du centre de Los Angeles, chantant « Vous avez de l’argent pour les guerres mais pas pour que les pauvres puissent manger ». La manifestation s’est terminée devant un bâtiment fédéral. Julian Wallace, de Left Voice, a pris la parole, expliquant que « la classe ouvrière et les opprimés doivent lutter contre les guerres impérialistes, qui sont essentielles pour le capitalisme ».

David Swanson / EPA

San Francisco : Un millier de manifestants samedi

Un millier de personnes s’est réuni à San Francisco, samedi à midi, chantant « Trump dit plus de guerre, nous disons basta », « La voie de la paix passe par le départ des États-Unis du Moyen Orient » et « l’occupation est un crime, de l’Irak à la Palestine ». Les passants et automobilistes qui ont croisés les manifestants ont apporté eux aussi leur soutien, en klaxonnant ou en saluant les contestataires.

Une manifestation a également été organisée à Philadelphie, ou plus de 500 personnes se sont réunies samedi. L’action a été appelée par plus de 20 organisations, dont des groupes d’étudiants des universités Temple et Drexel, et des organisations locales comme Black Alliance For Peace et Philly for Réal Justice.

A Portland, une marche s’est tenue le vendredi dans la nuit. Plus de 300 personnes ont participé à cette manifestation organisée par le Démocratic Socialist of América (DSA). « Il n’est pas nécessaire de faire couler plus de sang » a notamment déclaré Olivia Katbi Smith, co-présidente de DSA Portland.

Sarah Schneider, membre de Never Again Action, a pour sa part déclaré que « la raison pour laquelle nous avons une crise de réfugiés aux États-Unis est l’impérialisme et le colonialisme. Je suis contre les deux ».

A Boston, ce sont aussi 300 personnes qui ont manifesté, malgré la pluie. Mojgan Haji, un irano-américain, a fait part de ses inquiétudes pour son père de 86 ans et des autres membres de sa famille qui vivent en Iran, avant d’ajouter qu’il « ne s’agit pas seulement de [sa] faille. Il s’agit de personne ici. Il s’agit de personnes en Iran… Et aucun d’entre nous n’avons a gagner dans cette guerre, à part les bénéficiaires des contrats de guerre »

Enfin les actions du samedi ont également étaient fortes à Pittsburgh, Cincinnati, San Diego et Atlanta.

Traduit de l’espagnol par Julian Vadis




Mots-clés

Iran   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde