^

Monde

Violences policières

Etats-Unis. A New York, un policier tue un adolescent armé… d’un pistolet à eau

Dans le quartier du Bronx, à New York, un agent pénitentiaire, Dion Middleton, a tué par balle Raymond Chaluisant, 18 ans. L’adolescent jouait avec un pistolet à eau alors qu'il était assis dans la voiture d’un ami.

mercredi 27 juillet

Article accessible dans sa version originale sur le site du journal Left Voice, publication sœur de Révolution Permanente aux Etats-Unis.

Un agent pénitentiaire, Dion Middleton, a tué par balle Raymond Chaluisant, 18 ans, qui jouait avec un pistolet à eau alors qu’il était passager de la voiture d’un ami dans son quartier du Bronx, à New-York. Chaluisant a été retrouvé avec une blessure par balle au visage jeudi 21 juillet, aux alentours d’une heure du matin, dans la voiture de son ami, à environ 800 mètres du lieu où il a été abattu. Il participait à une bataille d’eau, au cœur de la vague de chaleur prolongée qui frappe le Nord-Est des Etats-Unis. « Ils ne faisaient que s’amuser », a déclaré sa grande sœur, Jiraida Esquilin. "C’est un nouveau pistolet à eau Nerf. Tout le quartier faisait une bataille d’eau. Il faisait 32 degrés."

La police a affirmé que Chaluisant participait à une tendance TikTok appelée "Orbeez challenge", dans laquelle les participants chargent des pistolets à eau avec de petites perles et les tirent sur des personnes sans prévenir. Comme pour justifier l’homicide de Middleton, quelques heures après la découverte du corps de Chaluisant, la police de New York a annoncé sur Twitter l’interdiction des "Bead Blasters" (pistolets à eau chargés avec des perles). Posséder un pistolet à eau est, semble-t-il, un crime plus grave que le meurtre d’un adolescent.

Selon Mapping Police Violence, base de données sur les meurtres commis par la police aux Etats-Unis, la police avait déjà tué 286 personnes au 31 mars 2022, dont 219 étaient des personnes racisées. La base de données sur les meurtres policiers du Washington Post, qui est mise à jour plus fréquemment, a recensé 1 065 personnes abattues par la police au cours de l’année écoulée. Vous pouvez rechercher les noms des victimes, mais vous ne trouverez pas Raymond Chaluisant sur ces listes ; les deux ensembles de données ne comptent que les meurtres perpétrés par des agents de police en service. Les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés. Comme l’a montré le meurtre de Chaluisant, les policiers continuent d’être des meurtriers racistes, qu’ils portent ou non l’uniforme.

Middleton, l’agent pénitentiaire qui a tué Chaluisant, a été arrêté au travail après avoir pointé. Il a été accusé de meurtre, d’homicide involontaire et de possession illicite d’arme. Pourtant, si cette affaire ressemble aux milliers de meurtres perpétrés par la police avant elle, Middleton échappera probablement à de graves condamnations. En tant que bras droit de l’État, la police possède le monopole de la violence, et bénéfice d’une importante immunité. La condamnation de Derek Chauvin, qui a assassiné George Floyd en 2020, n’a été possible que grâce au mouvement Black Lives Matter. Sans un mouvement de masse, même la revendication minimale de condamner les policiers tueurs ne mènera à rien.

Il y a à peine un mois, les gens sont descendus dans la rue pour demander justice pour Jayland Walker, 25 ans, qui a été abattu de 46 balles par la police à Akron, Ohio, pour avoir fui un contrôle routier. Nous devons descendre dans la rue pour Raymond Chaluisant, et pour les milliers de victimes de violences policières, dans ce système meurtrier qui criminalise les Noirs. Notre combat doit être lié à la fin du capitalisme et de l’impérialisme, qui s’appuie sur la police pour protéger sa propriété privée et ses frontières ; il doit également être indépendant des démocrates, qui se préoccupent des victimes de violences policières pour la forme, tout en contenant les mouvements sociaux qui exigent la fin de ces violences, et en finançant les flics et l’armée. Notre pouvoir se trouve sur nos lieux de travail et dans les rues. Luttons pour ne pas voir s’allonger la liste des victimes !

Pour nous soutenir, c’est par ici !



Mots-clés

Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde