^

Monde

Une société malade

États-Unis. Une fillette « vole » une poupée Barbie d’un dollar, la famille violemment interpellée

Sans que ses parents s’en aperçoivent, une fillette de quatre ans a pris sans payer une poupée dans une enseigne Family Dollar Store. Quand la famille est montée dans sa voiture, elle a été brutalement interpellée par la police.

lundi 17 juin

Le 27 mai dernier une famille de quatre personnes dont deux fillettes de un et quatre ans s’est rendue dans un magasin discount à Phoenix. Quand ils ont quitté les lieux dans leur voiture, ils ont été arrêtés pour une interpellation violente et armée de la police.

Le prétexte d’une telle intervention policière est qu’apparemment, la plus grande des filles, âgée de 4 ans seulement, a pris une poupée sans que ses parents ne s’en rendent compte, et donc, sans la payer. La scène, scandaleusement violente, a été viralisée le 15 juin et a suscité une grande indignation.

« Amérique : où une femme blanche en plastique vaut plus qu’une vraie femme noire »

La violence révoltante de cette interpellation surréaliste est l’expression directe d’un racisme structurel dans la principale puissance impérialiste au monde. Le langage vulgaire et agressif utilisé par la police contraste avec les cris et les larmes de la mère qui tente d’expliquer qu’elle ne peut pas mettre les mains en l’air ni ouvrir la porte de la voiture pour descendre car… elle porte ses filles. Elle dit ensuite qu’elle est enceinte, ce qui ne semble pas attendrir les policiers.

Dans un autre plan on voit un homme se faire agresser verbalement et physiquement, malgré le fait que celui-ci garde le calme. Les policier sont très agités et violents alors qu’il s’agit clairement d’une famille, non violente avec des enfants en très bas âge.

Des scènes barbares d’une société barbare basée sur l’exploitation, le sacro-saint profit et l’oppression. Car ce n’est pas anodin que cela arrive à une famille noire. La famille réclame une indemnisation de 10 millions de dollars, tandis que la police de Phoenix essaie de calmer les gens en disant qu’il s’agit d’un « incident qui ne représente pas la majorité des agents de police qui servent la ville ». Une véritable moquerie pour toutes les personnes racisées qui souffrent de la violence raciste de l’État exercée quotidiennement par l’appareil répressif.




Mots-clés

Racisme   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde