^

Politique

Luxe pour Trump, LBD pour les manifestants

Faste, luxe et répression : ce qui nous attend pour le G7

Lors des journées du 24, 25, et 26 aout, dans la cité balnéaire de Biarritz le sommet des 7 pays les plus riches au monde aura lieu. La France, pays d'accueil, a la présidence cette année et, comme le souhaite le protocole, sera chargée de l’organisation et de l’agenda de la rencontre. Pour cela tous les moyens sont mis à disposition, autant en ce qui concerne le luxe que la répression. Biarritz et ses alentours sont ainsi en état de siège pour que les grandes puissances puissent se concerter pour mieux continuer à spolier les richesses autour du globe.

samedi 17 août

C’est à l’hôtel du Palais que les chefs d’états des sept puissances les plus riches au monde seront accueillis dans le luxe à la française. Petit souvenir : le palais fut construit sous les ordres de Napoléon III en 1854 pour satisfaire les désirs de sa femme Eugénie de Montijo de se rapprocher de sa terre natale, l’Espagne. Comme quoi les caprices des puissants ne sont pas nouveaux. Aujourd’hui un autre caprice voit le jour, Jupiter (déchu) a voulu éblouir ses riches invités en transformant le bâtiment.

Près de 60 millions d’euros déboursés pour remodeler le bâtiment qui surplombe la grande plage face à l’océan Atlantique. Le palais appartient officiellement au groupe hôtelier Hyatt, grâce à un bail signé avec la mairie de Biarritz pour une durée de 75 années. La somme à été versée par l’entreprise Socomix, dans laquelle la mairie de Biarritz est actionnaire majoritaire à 55%. Le site historique est doté d’un restaurant gastronomique dirigé par un chef réputé, d’un sauna et spa de charme, de chambres et salons confortables d’une autre époque, le tout accompagné d’un service hôtelier de très haut niveau.

C’est dans ce lieu que les principaux dirigeants du monde vont séjourner. Alors qu’en France, une grande partie des travailleurs ne peuvent se permettre de partir en vacances et peinent à arriver à la fin du mois, et après 6 mois de mobilisation des Gilets Jaunes, qui a donné lieu à une répression policière jamais vue, ces « leaders » du monde se vautreront dans le luxe vulgaire comme si de rien n’était.

Un dispositif répressif aux proportions dantesques

L’arrivée des dirigeants des sept plus grandes puissances mondiales à Biarritz a déclenché un dispositif sécuritaire et judiciaire impressionnant. A vrai dire, quand il s’agit de réprimer, le gouvernement à toujours déployé les moyens qu’il jugeait nécessaire pour, à minima, essayer de maintenir le contrôle de la situation. Des structures temporaires de type « algeco » avec des barreaux ont ainsi été installées sur le parking du palais de justice à Bayonne. Ils serviront comme dépôt pour les personnes jugées en comparution immédiate.

La ville de Biarritz, sous un quasi couvre-feu, sera délimitée en deux zones. La première dite de sécurité renforcée, zone qui concerne les points "algides" de rencontres officielles : le casino Bellevue, le casino municipal, l’hôtel de ville, l’hôtel du Palais ainsi que le terrain de golf (utilisé pour l’atterrissage des hélicoptères). Une zone qui concerne toute la bande littorale, depuis le port des Pêcheurs jusqu’au plateau du Phare et où des frégates de la Marine nationale, ainsi que des missiles sol-air ont mêmes été installés !

Ensuite, la deuxième zone dite de « protection », concerne l’ensemble de la ville et s’étend jusqu’au principaux axes routiers. Des badges seront mis à disposition pour les professionnels ainsi que pour les habitants pour permettre la circulation entre les deux zones.

Enfin 15 000 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés pour prévenir les débordements qui pourraient avoir lieu en marge du sommet lors des contre-manifestations qui sont prévues, notamment à Hendaye.

Voici comme on fait respecter les droits démocratiques dans le pays « des droits de l’Homme et du citoyen » : à grand renfort de prisons préfabriquées, de LBD, de grenades et de matraques. A quelques semaines seulement de la mort de Steve suite à une charge policière à Nantes, le gouvernement est prêt à tout pour mater la colère en nous matraquant impitoyablement. Une colère pourtant légitime, qui n’est autre que le résultat des années de mépris, de misère et d’exploitation.




Mots-clés

Japon   /    Royaume-Uni   /    Angela Merkel   /    Donald Trump   /    Canada   /    Italie   /    Allemagne   /    Politique