^

Politique

Edito

Gilets Jaunes. Un acte 12 contre les violences policières, un point d’appui pour la grève générale ?

Douzième journée de manifestation des Gilets Jaunes ce samedi. A Paris, la marche est organisée au nom des nombreux blessés. Alors que les aspirations de Gilet jaunes à la "grève générale illimitée" s'expriment toujours plus, l'acte 12 pourrait être un point d'appui en vue de la première journée de grève du 5 février et une jonction avec des secteurs du mouvement ouvrier organisé.

vendredi 1er février

A Paris et dans plusieurs autres villes en France, c’est en hommage aux victimes de violences policières que la marche de ce samedi est appelée. Il faut dire qu’en seulement douze semaines de mobilisation, le bilan fait froid dans le dos : au moins 2000 blessés selon certains décomptes, dont plus d’une centaine « gravement » (ayant perdu un œil, une main, la tête fracturée, etc.). Une marche d’autant plus symbolique que le Conseil d’Etat vient de valider le droit de mutiler de la police à travers la confirmation de l’usage de LBD. Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, l’Etat annonce 9228 tirs de flashball !

Face à cette répression, la mobilisation ne désarme pas et ce sont au moins autant de Gilets Jaunes que pour l’acte 11 qui sont attendus dans les rues. Signe que la stratégie d’enfumage du gouvernement, avec la farce du grand débat national, ne prend pas. Un récent sondage (Elabe pour BFMTV) donnait pour principales « qualités » à Emmanuel Macron d’être « autoritaire » (à 78%) et « arrogant » (à 76%), en hausse de 5 points depuis le 11 décembre.

Cependant, force est de constater que comme l’affirme les Gilet jaunes d’Alès,« il n’y a qu’une mobilisation encore plus massive, appuyée par la grève générale qui peut changer les choses ». Et parmi les Gilets jaunes, ces aspirations à la grève générale illimitée commencent à prendre.Différentes Assemblées Générales de Gilets jaunes ont emboité le pas, comme à Rouen, Caen, Alès en affirmant la nécessité de « durcir » le mouvement en appelant à construire une Grève générale illimitée à partir du 5 février journée d’appel à la grève de la CGT et de Solidaires. Dans la Drome, un appel à la grève générale est appelée les 4, 5 et 6 février 2019. Avec la palme d’or pour Bordeaux, où une Assemblée Générale de 800 personnes a appelé ce lundi à partir en grève dès… vendredi soir.

Des appels rejoints plus localement par certains secteurs à la base du mouvement ouvrier. l’appel à la grève a été repris par les assemblées générales et comités locaux. Dans le Jura, la CGT, Solidaires, la FSU et des Gilets Jaunes ont relayé l’appel en évoquant l’idée d’une reconductible. A Caen, une assemblée Générale a lancé l’idée d’une grève générale illimitée. A chaque fois, les revendications se font plus précises et surtout l’idée d’une grève reconductible semble être présente dans de nombreux esprits.

Difficile pour le moment d’estimer l’ampleur réelle de la mobilisation du 5 février. Pour autant, la nécessité de passer à la vitesse supérieure est présent dans tous les esprits. Mais pour que cette date puisse déboucher sur une grève générale, à l’image de ce qui s’était passé en Mai 68, référence omniprésente dans le mouvement, il va bien falloir faire résonner les aspirations à la "grève générale illimitée" des Gilets jaunes dans des secteurs stratégiques du mouvement ouvrier. C’est désormais au mouvement ouvrier de converger avec les Gilets jaunes. Ainsi pour ce 12ème acte, c’est au mouvement ouvrier de donner des premiers signaux de sa disposition à passer à l’acte supérieur.




Mots-clés

Politique