×

Offensive réactionnaire

Interdiction de la transition médicale et administrative : Poutine déclare la guerre aux personnes trans

Début juin, le Parlement russe, Gosdouma, a annoncé un nouveau projet de loi anti-trans interdisant la transition médicale et administrative. Une attaque historique contre les droits LGBT en Russie.

Sasha Yaropolskaya

12 juin 2023

Facebook Twitter
Interdiction de la transition médicale et administrative : Poutine déclare la guerre aux personnes trans

Crédit photo : YourNewsUktv

Une offensive historique contre les droits trans

Présentée début juin, la proposition de loi portée par 400 députés sur 450, ainsi que par le président et le vice-président du Parlement russe, cherche à interdire ni plus ni moins toute démarche de transition juridique et médicale en Russie. Sauf les rares exceptions accordées aux personnes intersexes qui pourront accéder aux procédures médicales suite à l’examen par une commission médicale, la transition deviendra illégale en Russie.

Les militants trans en Russie alertent depuis des mois sur le fait que la rhétorique anti-LGBT du gouvernement annonçait clairement une possibilité qu’une telle loi émerge. En effet, le Ministre de la Justice Konstantin Chuychenko avait affirmé début mai qu’il fallait « fermer la fenêtre » permettant le changement de sexe et que les personnes trans souffraient d’une maladie « qu’il faut traiter par la voie psychiatrique, dans le sens de ce qui a déjà été décidé par la nature ».

Si la loi est rétroactive, elle va non seulement empêcher des nouvelles transitions, mais aussi mettre hors du champ légal des dizaines de milliers de personnes trans qui vivent en Russie et qui ont déjà effectué un changement du genre à l’état civil. Cela va aussi criminaliser les médecins qui souhaiteront toujours offrir des soins aux personnes trans même en clandestinité.

Une nouvelle étape dans l’offensive de Poutine contre les personnes LGBT

Cette loi anti-trans de Poutine n’est pas une attaque législative isolée. Elle fait suite à la loi déjà passée l’automne dernier contre « la propagande LGBT » interdisant toute mention des personnes LGBT dans les médias, les livres, sur internet et dans le cinéma. Elle s’inscrit plus en général dans un projet idéologique profondément réactionnaire de Poutine.

Le gouvernement attaque les LGBT, non seulement pour distraire la population des défaites militaires sur le front de l’Ukraine que la Russie a envahi en février 2022, mais aussi pour réaliser la vision de Poutine d’une Russie traditionnelle, s’appuyant sur la famille chrétienne et hétérosexuelle en opposition à l’Occident décadent fantasmé par ce dernier où il y aurait une liberté sexuelle débridée, et où les enfants transitionnent. Cette loi est une mise en pratique de la rhétorique homophobe et transphobe qu’utilise Poutine.

La proposition de loi anti-trans fait partie d’une politique nataliste globale de l’Etat russe qui cherche de plus en plus à restreindre l’accès à l’avortement et à favoriser les naissances. Le régime de Poutine a besoin du foyer cisgenre et hétérosexuel pour réaliser ses objectifs démographiques. Des objectifs qui ne sont évidemment pas aidés par la guerre qui dure depuis un an et demi, qui a fauché des dizaines de milliers de jeunes hommes conscrits au front et qui a poussé plus d’un million de citoyens russes à l’exil permanent.

Les lois anti-trans et anti-IVG sont liées : cette offensive du régime russe est dans la lignée des offensives réactionnaires en cours à l’échelle internationale, en particulier aux Etats-Unis, où le Parti Républicain à réussi à interdire totalement à la fois l’avortement dans 14 Etats sous le contrôle du GOP, et la transition pour les personnes trans mineures dans 13 Etats. C’est le droit à disposer de son corps qui est attaqué par les réactionnaires pour prendre une revanche sur tous les acquis du mouvement féministe et LGBT.

Les personnes trans ont déjà été forcées à émigrer par centaines pour fuir la conscription militaire qui a été lancée en plusieurs vagues depuis le début de la guerre et a touché toutes les personnes avec un état civil masculin, dont les femmes trans qui n’ont pas fait les démarches de transition et les hommes trans qui ont accompli leur transition. La terreur de la conscription militaire et des lois anti-LGBT s’ajoutent à l’impact dévastateur de la guerre et des sanctions sur les populations opprimées. Dans une étude menée par les associations russes Sphera et Vyhod, on apprend que 70% des répondants LGBT constatent que la guerre a contribué à empirer leur situation financière et 50% des répondants trans témoignent des difficultés à se procurer des hormones pour leur transition.

Si cette loi passe, et il y a toutes les raisons de penser qu’elle va passer car elle est soutenue par le président de la Douma Vyacheslav Volodine et le vice-président Pyotr Tolstoï, la transition va devenir illégale et la vie des personnes trans en Russie sera rendue impossible. Interdire la transition juridique et médicale c’est exclure les personnes trans de toutes les sphères de la société : de l’éducation, du marché de travail, du système de soins. C’est aussi pousser les personnes trans au suicide et en faire des cibles faciles pour les crimes de haine. De fait, ce passage va faire de la législation en Russie une des plus réactionnaires du monde sur les questions de genre.

Dans le contexte actuel, il sera très difficile de fuir la Russie : pour les personnes trans pauvres les coûts d’émigration sont trop élevés. Selon l’étude de Sphera et Vyhod, 25% des personnes LGBT vivent sous le seuil de pauvreté et ont à peine ce qu’il faut pour se procurer de la nourriture et les médicaments, 9% se retrouvent dans une situation d’extrême précarité. La fuite sera rendue d’autant plus difficile que beaucoup de frontières européennes sont fermées aux citoyens russes que les Etats de l’OTAN tiennent pour complices de la guerre lancée par le dictateur russe.

La nécessité d’une solidarité internationaliste !

Face à la politique réactionnaire de Poutine cherchant à éradiquer les personnes trans, il faut une mobilisation internationale pour réclamer l’ouverture totale des frontières européennes aux réfugiés et notamment à toutes les personnes qui fuient la Russie à cause de la guerre et des lois réactionnaires. Celle-ci doit également porter l’arrêt des sanctions contre la Russie qui pénalisent avant tout la classe ouvrière et les personnes opprimées.

Il faut aussi investir et faire vivre des réseaux de solidarité internationale qui existent déjà pour aider les personnes LGBT des territoires post-soviétiques à pouvoir vivre dans des conditions dignes. Cela revient à lutter aussi ici en France pour l’ouverture des frontières, contre la loi immigration de Darmanin et exiger des papiers et un logement pour tous.tes ainsi qu’à lutter pour garantir l’autodétermination de genre pleine et entière.

Cette loi barbare réactualise l’urgence du renversement du régime réactionnaire, anti-ouvrier et xénophobe de Vladimire Poutine. Un renversement qui ne sera possible que par les forces de la classe ouvrière et des classes populaires en alliance avec toutes les personnes opprimées par l’Etat russe. Le mouvement féministe et LGBT doit monter une campagne internationale de défense du droit à disposer de son corps et s’allier au mouvement ouvrier pour porter un nouveau programme révolutionnaire d’émancipation des oppressions et de l’exploitation.

Pour rappel, en Russie, le changement du sexe est devenu pour la première fois légal en Russie sous l’Union Soviétique en 1926, suite à la Révolution d’Octobre. Une révolution ouvrière qui a aussi permis de dépénaliser l’homosexualité et de légaliser l’avortement. Ce qu’il faut donc pour protéger nos droits et conquérir des droits nouveaux, ce n’est pas juste se battre à la défensive contre les réactionnaires mais partir à l’offensive contre le système capitaliste et le patriarcat.


Facebook Twitter
Kanaky, quand finira le temps des colonies ?

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?


État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l'Europe forteresse

État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l’Europe forteresse


Génocide à Gaza : Biden prêt à sanctionner la Cour pénale internationale pour protéger Netanyahou

Génocide à Gaza : Biden prêt à sanctionner la Cour pénale internationale pour protéger Netanyahou

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Californie : 48 000 travailleurs de l'Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

Californie : 48 000 travailleurs de l’Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

La Norvège, l'Espagne et l'Irlande reconnaissent l'État palestinien : nouveau revers pour Israël

La Norvège, l’Espagne et l’Irlande reconnaissent l’État palestinien : nouveau revers pour Israël

Famine organisée : Les colons israéliens multiplient les attaques de convois humanitaires destinés à Gaza

Famine organisée : Les colons israéliens multiplient les attaques de convois humanitaires destinés à Gaza

Ilan Pappé : « pourquoi j'ai été arrêté et interrogé sur Israël et Gaza dans un aéroport américain »

Ilan Pappé : « pourquoi j’ai été arrêté et interrogé sur Israël et Gaza dans un aéroport américain »