^

Société

Debout contre la répression !

Loi travail et répression : le 4 mai à la Bourse du travail de Paris se tiendra une conférence de presse contre les violences policières

Mercredi 4 mai, à 15h30, à la Bourse du travail de Paris se tiendra une conférence de presse visant à faire état et à dénoncer les violences policières qui touchent la mobilisation contre la loi travail. Communiqué

mardi 3 mai 2016

Depuis presque deux mois, la mobilisation contre la loi travail et son monde s’amplifie partout en France. Etudiant-e-s, lycéen-ne-s, salarié-e-s,chômeurs et chômeuses battent le pavé et descendent dans la rue chaque semaine pour demander le retrait de la loi "travail" et contre la politique anti-sociale du gouvernement. L’unique réponse de ce dernier est une répression toujours plus forte : à chaque manifestation des cortèges entiers sont gazés ; les manifestant-e-s sont nassé-e-s, bloqué-e-s parfois pendant des heures ; chaque soir les places occupées sont évacuées dans une grande violence... Une chose semble très claire : le gouvernement n’hésite pas à envoyer ses policiers et ses gendarmes avec pour ordre de faire usage de la violence. L’emploi d’armes comme les bombes de désencerclement et les flash-balls est systématique. Cette politique répressive a déjà occasionné des blessés graves, dont deux manifestants, l’un à Rennes le 28 avril et l’autre à Paris le 1er mai, qui ont perdu un œil.

La loi travail vise à réduire les droits collectifs des salarié-e-s et chômeurs et chômeuses vis-à-vis de leurs patron-ne-s ou patron-ne-s potentiel-le-s. La stratégie policière et judiciaire du gouvernement tend à limiter l’expression du droit de manifester. Le gouvernement de Manuel Valls cherche à briser les résistances au modèle néolibéral qu’il souhaite imposer, aussi bien dans les relations de travail que dans l’expression politique. Cela dévoile au grand jour la brutalité de la société dans laquelle nous vivons, où violence sociale et violence physique vont de pair.

Mais cette tentative de répression et d’intimidation de la part du gouvernement ne fonctionnera pas. Nous sommes déterminé-e-s à lutter et à nous mobiliser jusqu’au retrait de la loi et au-delà. Ni les détentions arbitraires, ni la répression des manifestant-e-s, ni le contrôle judiciaire ou les peines de prison ferme ne pourront nous décourager parce que notre lutte est légitime.Plusieurs de nos camarades arrêté-e-s lors de ces manifestations passent en procès dans les prochaines semaines et à partir du 9 mai. Nous sommes solidaires et restons mobilisé-e-s contre la répression et pour le retrait de la loi travail.

Conférence de presse mercredi 4 mai à 15h30 à la Bourse du travail de Paris, en présence d’un-e porte parole de la Coordination Nationale Etudiante, d’un-e porte parole de la Coordination Nationale Lycéenne, d’un membre de la commission Vie et Sérénité de Nuit Debout, d’un-e signataire de la tribune "Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et méprisable", d’un membre du comité contre les violences policières du lycée Voltaire, d’un enseignant et d’un étudiant arrêtés lors des manifestations et qui passent en procès.

(Cette conférence de presse aura lieu avant la réunion de travail à l’appel de la CNT Région Parisienne et des signataires de la tribune parue dans Libération "Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et méprisable").




Mots-clés

#NuitDebout   /    Loi El Khomri   /    Violences policières   /    Répression   /    Société