^

Politique

Vu sur Rebellyon.fr

Lyon. Répression des antifas : perquisition et garde-à-vue, six militants interpellés

Mardi 13 novembre, à 6h du matin, six militant.e.s antifascistes ont vu leurs portes défoncées par des policiers cagoulés. Après plus de 24 de garde-à-vue, elles et ils sont accusé.e.s d’avoir, une nuit d’avril dernier, muré le local fasciste "Bastion Social" et sont poursuivis pour dégradation, outrage et même "association de malfaiteur". Nous relayons cet article de Rebellyon.

mercredi 14 novembre 2018

Source : Rebellyon

Mardi 13 novembre, à 6h du matin, six militant.e.s antifascistes ont vu leurs portes défoncées par des policiers cagoulés. Après plus de 24 de garde-à-vue, elles et ils sont accusé.e.s d’avoir, une nuit d’avril dernier, muré le local fasciste "Bastion Social" et sont poursuivis pour dégradation, outrage et même "association de malfaiteur".

# Mise à jour : mercredi à 17h44
Les camarades sortent au goutte à goutte avec un contrôle judiciaire.
Trois des interpellé.es d’hier matin viennent de sortir. Un rassemblement devant le tribunal est là en soutien.

# Mise à jour : mercredi à 13h27
Appel à rassemblement devant le TGI à partir de 14h
La GALE et d’autres appellent à se rassembler en soutien devant le TGI de Lyon (67 Rue Servient) dès 14h et toute l’après-midi jusqu’au passage devant le juge des camarades arrêté.e.s.

Nous vous invitons à nous rassembler devant le tribunal afin de montrer notre solidarité aux copains-ines arrêté-e-s.
Prouvons leurs que l’intimidation policière, politique et judiciaire ne nous fait pas peur.
Montrons leur que nous sommes solidaires de nos camarades coupables de rien si ce n’est de lutter contre l’extrême-droite, les milices fascistes lyonnaises et pour la solidarité entre tous et toutes.

On sait par ailleurs que les personnes arrêté.e.s ont toutes niés les faits, et qu’elles sont poursuivies pour "dégradations en réunion par personnes dissimulant tout ou partie de leur visage, outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique et association de malfaiteurs"

# Mise à jour : aujourd’hui à 12h27
Accusé.e.s d’avoir muré le "Bastion social" les antifascistes seront présenté.e.s au TGI aujourd’hui
La Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP) ayant largement communiqué en direction de la presse, on en sait plus sur les motifs de cette impressionnante opération policière. Les camarades antifascistes sont accusé.e.s d’avoir muré le local d’extrême droite "Bastion Social" (fermé depuis par la mairie) dans la nuit du 10 avril dernier. La police annonce, comme s’il s’agissait de pièces à charge, avoir trouvé de la propagande antifasciste chez les militant.e.s. Des vêtement, soit-disant portés lors de l’action, sont également évoqués par les flics parmi le matériel saisi.

Les militant.e.s seront présentés au juge au TGI de Lyon cette après-midi (67 Rue Servient, Lyon 3eme arr.).

Mercredi 14 novembre, le compte FB du Groupe Antifasciste Lyon et Environs publiait le message suivant :

[Répression du mouvement antifasciste]

Pour information nous sommes toujours sans nouvelles de nos 6 camarades qui se sont fait casser leurs portes par des policiers cagoulés hier matin à 6h et emmener en garde à vue.
Une opération de police simultanée sur plusieurs départements avec bélier, armes automatiques pour des motifs minables : dégradation, outrage et "association de malfaiteurs".
Des sacs entiers de matériel ont été emmenés.
Nos avocats nous confient être abasourdies devant l’absence totale de preuves qu’un quelconque délit ait été fait par nos camarades.
L’acharnement politique et policier se poursuit sur notre organisation à l’image de tout ceux et celles qui se mettent en travers de l’extrême-droite et qui manifestent leur solidarité avec les exilé-e-s.

Restez connecté-e-s.




Mots-clés

Lyon   /    Répression   /    Politique