^

Jeunesse

Lyon

Lyon. Une étudiante voilée humiliée par des militants d’extrême-droite en plein cours

Depuis des semaines des étudiants d’extrême droite, dont une partie appartient à La Cocarde ou à l’UNI, mènent une offensive raciste à la fac de Lyon 3. Récemment ils sont allés jusqu’à humilier les personnes voilées humiliant une étudiante en la poussant à quitter son cours. En réponse plus d’une centaine d’étudiants se sont rassemblés jeudi devant le campus avec un cri de ralliement : l’extrême droite hors de l’université !

vendredi 22 avril

Crédits photo : Twitter UNEF Tacle Lyon

Depuis plusieurs semaines le campus de Lyon 3 voit évoluer quelques militants d’extrême-droite qui tagguent, insultes et cherche à diffuser leurs idées réactionnaires. Le fait le plus récent c’est l’humiliation d’une étudiante voilée en licence d’histoire en plein cours, se sentant obligée de partir et perdre ainsi une heure de cours. Une étudiante en licence d’histoire témoigne auprès de Actu Lyon qu’ : «  Un étudiant [probablement à la Cocarde, selon quelques sources] s’est amusé à mettre un voile autour de son visage pour se moquer, pour imiter les femmes voilées. Ça a donné lieu à des rires, au point que le professeur demande ce qu’il se passe. Une élève de notre promotion qui porte le voile est partie en pleurant pendant que j’expliquais au professeur ce qu’il s’était passé et ce qu’il se passait depuis des mois. »

Un nouveau cas d’islamophobie nauséabonde qui n’est pas isolé à Lyon 3. En effet, plusieurs étudiants ont dévoilé des tags racistes ou des croix gammées existantes mais aussi des conversations privés où des militants d’extrême-droite échange des : «  Heil Hitler » et «  Nik les juifs »... Une autre étudiante témoigne toujours auprès d’ Actu Lyon : « le 24 novembre 2021, un élève de ma promotion a envoyé par AirDrop des photos de nazis aux gens dans l’amphithéâtre. Il explique que c’est notre problème si on le prend mal. Ce jour-là, c’est la première fois qu’on a tous eu une preuve physique que ces élèves partageaient du contenu raciste, et cette fois en dehors de leur sphère privée. »

Des témoins pointent du doigt les militants de La Cocarde Lyon, syndicat étudiant d’extrême-droite. Ce même groupe, il y a quelques mois déployait une banderole à Paris 8 affirmant être en « lutte contre l’indigénisme », ou bien débloquaient violemment l’occupation de sciences Po Paris il y a une semaine. Ils portent un discours raciste et profondément réactionnaire : « Nous refusons d’être stigmatisé, harcelé, attaqué simplement parce que nous sommes fiers de porter les idées de la défense de la triple-identité, de la lutte contre le libéralisme, contre l’islamisation […]. Nous refusons d’être empêché de réussir nos études par cette racaille d’extrême-gauche ».

Des discours qui font écho à ceux qui se sont déroulés tout au long de la campagne présidentielle où après un quinquennat marqué par des attaques réactionnaires, sécuritaires, racistes et islamophobes, l’extrême-droite s’est montrée à l’offensive. Ils font également suite à la ministre de l’Enseignement Supérieur et de le Recherche qui s’est attaquées aux « islamo-gauchistes » qui seraient un fléau dans l’université…

Mais ce qui est sûr c’est que ces idées ne passeront pas facilement dans les universités. Dans ce sens, près de 200 personnes se sont réunies ce jeudi devant le campus de Lyon 3 pour dénoncer les actes racistes commis par l’extrême droite, répondant à l’appel de plusieurs organisations de jeunesse et à une campagne de dénonciation portée par l’UNEF.

Une mobilisation qui s’inscrit dans la lignée des mouvements étudiants qu’on a vu exploser dans différentes universités ces dernières semaines contre le deuxième tour et qui dessine une voie à emprunter pour le prochain quinquennat.



Mots-clés

Islamophobie   /    Lyon   /    Université   /    Extrême-droite   /    Jeunesse