×

Annonces à venir

Mobilisation des agriculteurs : Attal veut éteindre la colère main dans la main avec la FNSEA

Ce jeudi, la mobilisation des agriculteurs en colère a continué à s’étendre à travers la France. Alors que Gabriel Attal se prépare à faire des annonces vendredi, il n’y a rien à attendre du gouvernement qui veut calmer la colère main dans la main avec la FNSEA.

Elea Novak

25 janvier

Facebook Twitter
Audio
Mobilisation des agriculteurs : Attal veut éteindre la colère main dans la main avec la FNSEA

Les agriculteurs dans le centre-ville de Bordeaux jeudi 25 janvier - Révolution Permanente

Dans l’ensemble de la France, les agriculteurs mobilisés depuis plus d’une semaine ont poursuivi leurs actions et blocages ce jeudi, alors que Gabriel Attal, qui avait rencontré ce mardi les représentants des principaux syndicats de la mobilisation, doit faire des annonces ce vendredi. Ouest-France recensait à 13h30 au moins 74 points de mobilisation dans tout le pays.

Le mouvement des agriculteurs, ayant commencé à Toulouse il y a une semaine, a poursuivi ce jeudi ses actions autour de la ville rose. Là-bas, des agriculteurs ont bloqué trois autoroutes rapporte ActuToulouse, tout en poursuivant le blocage de l’A64 qui a marqué la naissance du mouvement. Dans les Pyrénées-Atlantiques, la FDSEA 64 a mobilisé dans la nuit 80 tracteurs dans une action de déversement de pneus et purins devant la Direction départementale des Territoires et de la Mer à Pau. Dans la ville d’Agen, des agriculteurs autour de la Coordination rurale, syndicat d’extrême droite, ont mené de nouvelles actions, parmi lesquelles la pendaison d’un sanglier devant l’Inspection du travail et l’inondation d’un supermarché Leclerc avec du lisier. A Bordeaux, de nombreux tracteurs sont parvenus en convois au centre de la ville, suite à une opération escargot, toujours selon Sud-Ouest.

L’ensemble de l’ouest de la France a également été le théâtre de nombreuses actions des agriculteurs, une journée rapportée par Ouest-France. En Nouvelle-Aquitaine, les agriculteurs de la Coordination rurale ont aspergé de lisier la préfecture de la Vienne, et l’A10 a par la suite été bloquée par des tracteurs. En Vendée, les agriculteurs en colère ont également prévu le blocage de deux autoroutes, en cheminant vers les Essarts. La préfecture de Nantes a elle été recouverte de foin par les manifestants, tandis qu’à Cholet, les agriculteurs ont bloqué l’hypermarché Leclerc en reversant les chariots du magasin devant l’entrée après avoir mené une opération escargot dans la ville.

La Bretagne a elle aussi vu plusieurs mobilisations jeudi. A Carhaix dans le Finistère, les agriculteurs ont investi le centre-ville en tracteurs. A Rennes, les agriculteurs se sont joints aux pécheurs dans une manifestation->Actu Rennes. Les travailleurs du BTP se sont eux-aussi mobilisés ce jeudi, et ont bloqué le pont de l’Iroise entre Brest et Plougastel, autour du mot d’ordre « l’artisanat est en train de crever ! ». A Lorient, des artisans du BTP et agriculteurs ont mené conjointement le blocage d’un dépôt pétrolier

En Normandie, les agriculteurs ont également multiplié leurs actions et les blocages routiers. Notamment à Caen, les agriculteurs ont déposé des bottes devant la préfecture du Calvados, cherchant à faire comprendre « on en a plein les bottes ». Les dizaines de tracteurs réunis devant la préfecture sont repartis par le périphérique dans une opération escargot, après avoir été reçus dans la préfecture, rapporte BFMTV. Dans la Manche, les agriculteurs opèrent un barrage filtrant, distribuant non seulement des tracts, mais aussi des légumes. Romain, producteur laitier à La Haye-Pesnel, explique à BFM Normandie que « plutôt que de donner nos produits aux grandes surfaces ou aux industriels, autant les donner directement sur les routes ».

L’ensemble de la France était également touché par des mobilisations, avec des blocages qui rendent très difficile d’accès Lille, d’après La Voix du Nord. Les blocages de route se sont également multipliés dans le Grand-Est, en Moselle, Bas-Rin et Haut-Rin. Plusieurs routes sont également coupées dans le reste du pays. Finalement, en région parisienne, les actions se poursuivent en Essonne et dans les Yvelines, tandis que le blocage dans l’Oise se rapprochent de plus en plus de la capitale, rapporte Le Parisien La FDSEA Île-de-France et les Jeunes Agriculteurs de région parisienne disent même prévoir de monter sur Paris ce vendredi.

Cette nouvelle journée de mobilisation s’est tenue alors que Gabriel Attal doit faire des annonces ce vendredi. Après avoir reçu la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs, puis les représentants de la Coordination Rurale, syndicat d’extrême droite, et de la Confédération Paysanne le premier ministre a réuni ce jeudi matin les ministres concernés par la crise : Marc Fesneau ministre de l’Agriculture, Christophe Béchu ministre de la Transition écologique ainsi que Bruno le Maire, ministre de l’Économie. Des annonces qui espèrent calmer la colère alors que selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, 89% des Français soutiennent la mobilisation des agriculteurs.

En ce sens, le 24 janvier, la FNSEA dont la FDSEA est la branche département, ainsi que les JA, ont publié une synthèse de leurs revendications. Celles-ci exigent le respect des lois « Egalim » en vigueur sensé défendre les agriculteurs face à la grande distribution, le paiement immédiat des aides de la PAC, de meilleures indemnisations face aux phénomènes climatiques et aux épidémies, mais aussi le lancement d’un processus de réduction des normes, notamment environnementales. Un programme qui, dans l’ensemble, se contente de maintenir un système à bout de souffle, qui détruit la planète et subit les conséquences du changement climatique, sans régler en rien la situation des petits agriculteurs, étranglés par la grande distribution.

De fait, la FNSEA n’a pas au cœur les intérêts de ces derniers, mais ceux de ceux qui profitent de la concentration foncière et de l’agro-industrie, à l’image du président agrobusinessman, Arnaud Rousseau. Seule une logique radicalement différente peut apporter une issue aux agriculteurs petits et moyens, en luttant contre les vrais responsables d’un système agricole qui favorise les grands capitalistes de l’industrie, de la grande distribution et des banques.
En ce sens, il est fondamental que les agriculteurs remettent en cause le programme et la direction de la FNSEA, en cherchant à tisser des alliances du côté du mouvement ouvrier plutôt que du grand patronat. Alors que la CGT a appelé ce jeudi à se lier au mouvement, le mouvement ouvrier doit se doter pour cela d’un programme d’action qui lie les préoccupations de la classe ouvrière à celle des agriculteurs précaires.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l'hypocrisie de Macron

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l’hypocrisie de Macron

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !

10 milliards d'euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l'écologie, le travail et l'éducation

10 milliards d’euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l’écologie, le travail et l’éducation