^

Politique

Non ce n'est pas Le gorafi !

Pour un Noël sans embrouilles, LREM publie un kit de survie pour ses adhérents

Non non, ce n'est pas un article du Gorafi : En Marche a envoyé un mail à ses 400 000 adhérents avec en pièce jointe un kit de survie sous forme de questions/réponses pour survivre aux débats politiques durant le repas de Noël.

mardi 25 décembre 2018

Les militants LREM sont à bout : comment éviter le pire lors du traditionnel repas de Noël, ce doux moment où l’on retrouve tous les chaleureux membres de la famille, le fameux tonton raciste, l’éternel ado rebelle, la tante écolo et le grand frère insoumis. Que faire pour un militant LREM convaincu face à cette situation dramatique, des députés LREM ont pensé à tout : un prêt-à-pensé pour bien répondre aux critiques au gouvernement, afin que tout se passe dans le calme et la bonne humeur.

Sous forme d’un formulaire, le guide de En Marche répond à toutes les interrogations des militants LREM, et les rassure : dans l’introduction il rappelle "Les grands messages [ du gouvernement ]" ou les grands combats de LREM au grand coeur "Nous partageons le constat de l’injustice dans notre pays" ou encore "Après une période de réformes intense, nous avons besoin de prendre du recul et d’entrer dans une phase de dialogue". Faisant directement référence au mouvement des Gilets Jaunes qui chamboule le gouvernement depuis plusieurs semaines, le kit de survie appelle au calme et à la sérénité "Il est primordial que le calme revienne pour réfléchir sereinement à des solutions".

De l’Europe aux salaires, en passant par la réforme du bac ou la hausse de la CSG, le kit de survie a réponse à tout : "On vous dit président des riches" et ensuite“Ce sont les grandes entreprises qui profitent de la politique du Gouvernement”. Ce qu’il faut dire : "C’est faux ! La baisse de l’impôt sur la société se fera plus vite pour les petites entreprises. [Deuxièmement] les charges sur les salaires baissent, et on s’attaque aussi aux gros ! Nous oeuvrons pour plus de justice fiscale."

Mais le pire n’est pas là pour les militants LREM, la situation pourrait largement s’envenimer, si la discussion dévie sur ceux-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom - les Gilets Jaunes - : et si on vous disait, "Je soutiens la poursuite du mouvement des Gilets Jaunes" il faut répondre en abordant l’allocution de Macron du lundi 10 décembre : "Le Gouvernement a entendu la colère : il a fait des propositions concrètes et lancé un temps de débat ouvert à tous les Français. On ne peut pas dire qu’on n’est pas assez écouté puis refuser le dialogue !" tout en dénonçant le nombre incalculable tant il est élevé de mètres cubes de dégâts matériels, abordez le dialogue de manière constructive "Maintenant, sortons des violences et des blocages. [...] Vous par exemple, quelle est votre préoccupation principale ?". Ainsi, vous serez sauvés et pourrez faire rêver la tati écolo qui vous parlera de ses tintouins écologiques. Il est aussi possible d’être capable de répondre à la critique sur la légitimité de Macron et de son gouvernement : "On peut être en désaccord avec un gouvernement. Néanmoins : - Dans une démocratie, les responsables politiques sont élus et donc légitimes pendant la durée de leur mandat. [...] Dans une démocratie, on vote et on respecte les résultats des élections : les perdants des dernières élections cherchent à rejouer le 2e tour d’une élection en manipulant les colères des Français." Mais le plus incroyable, c’est la recommandation de fin que le questionnaire conseille à ses militants de dire pour conclure sa réponse : "Vouloir mettre fin à un mandat par la violence c’est vouloir un coup d’état anti-démocratique."

Le gouvernement en crise : plus au fond du trou que le trou lui-même

Mais ce que nous traduit ce kit-de-survie LREM qui est pour ses militants un outil pour survivre dans un monde où il y a un large consensus anti-Macron, - 72% de la population le 2 décembre soutient le mouvement des gilets jaunes (selon Le Monde) -, c’est en fait l’inquiétude d’un gouvernement qui ne sait plus comment répondre aux attaques d’en bas. Comme si éviter les débats politiques autour du repas de noël, qui est traditionnellement haï pour la polémique des politiques en France, devenait un enjeu central pour l’exécutif, qui est aujourd’hui en train de traverser une crise paraissant insurmontable. Si le mouvement des Gilets Jaunes paraissait s’affaiblir selon les dires de Macron ou des médias dominants, ce "prêt-à-penser" montre quand même que chez les députés LREM, le ridicule ne tue pas, et ceux ci sont prêts à tout dans la panique à devenir créatifs pour sauver les dernières plumes, comme si un argumentaire pour le repas de noël face à une tati écolo mélenchoniste et un lycéen engagé agressif pouvait changer quelque chose à la situation du gouvernement.

Pendant que Macron nous joue sa comédie et que les députés En Marche usent de leur créativité pour faire du tout au tout pour améliorer la situation du gouvernement, en faisant des leçons de démocratie et de morale pour se justifier comme un enfant qui ne sait plus quoi dire après avoir été pris en flagrant délit “Ce sont les grandes entreprises qui profitent de la politique du Gouvernement : C’est faux !", le Mouvement des Gilets Jaunes continue, ouvertement prêt à en découdre, ne laissant pas Macron et ses amis au bout de leurs peines. Si un Acte Festi’ Jaune est déjà prévu en mai avec tout un festival suivi de grandes manifestations, l’Acte XXXVIII est également déjà sur Facebook "Les Gilets Jaunes possèdent l’arme nucléaire". Alors que BFM ainsi que Philippe, Macron et leur monde parlaient de baisse pour les fêtes et le froid, les Gilets Jaunes ont démontré une détermination sans obstacles le samedi 22 décembre, à la veille de Noël, pour l’Acte VI. Des appels sont déjà publiés pour l’Acte VII le 29 décembre, et surtout un réveillon sur les Champs Elysées. Pendant que les militants LREM se rassurent avec leur kit-de-survie pendant le réveillon de Noël, ils oublient de trembler de la présence des Gilets Jaunes qui ne lâchent rien et qui n’ont pas peur du froid.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique