×

Loi immigration

Recul sur la loi immigration : une 1ère victoire, continuons le combat pour enterrer leurs lois racistes !

Empêtré dans une crise politique profonde depuis l’annonce du 49.3, le gouvernement a été contraint de reculer temporairement sur le projet loi immigration. Un recul qui n’aurait pas eu lieu sans l’énorme pression du mouvement de masse contre la réforme des retraites. Une première victoire qui montre que la mobilisation paye : il faut l’amplifier pour enterrer définitivement leurs lois racistes.

Maëva Amir

25 mars 2023

Facebook Twitter
Recul sur la loi immigration : une 1ère victoire, continuons le combat pour enterrer leurs lois racistes !

Crédits photo : O Phil Des Contrastes

Mardi soir la presse annonçait le report de l’examen du projet de la loi immigration. Selon une information du Canard Enchaîné, le président du Sénat LR Gérard Larcher a demandé lundi soir à Emmanuel Macron de reporter le débat du projet de loi.

Un recul sur le projet loi immigration qui constitue une première victoire du mouvement social
Le recul du gouvernement sur le projet de loi immigration, qui devait initialement être débattu le 28 mars au Sénat, constitue une première victoire du mouvement social. Dans le sillage de la réforme des retraites, cette loi portée par Darmanin, promettait d’être la prochaine attaque d’ampleur du gouvernement en direction des sans-papiers et des immigrés. Elle prévoyait notamment de durcir les conditions de régularisation, d’intensifier les expulsions de personnes sous obligation de quitter le territoire français (OQTF) ou encore d’étendre la « double peine » en systématisant les expulsions d’étrangers qui feraient l’objet de condamnation en justice.

Mais la combinaison entre le puissant mouvement contre la réforme des retraites, la mobilisation initiée par plusieurs collectifs de sans-papiers, et la profonde crise politique dans laquelle est plongée le gouvernement depuis l’utilisation du 49-3 ont contraint Macron et Darmanin à reporter leur projet de loi raciste.

« La première victime collatérale de la crise politique sur la réforme des retraites est identifiée » note un éditorialiste des Echos à propos du report du projet de loi. « On sort d’un moment parlementaire éprouvant, rentrer dans un texte comme ça ce n’est pas très apaisant » explique un sénateur à Politico. Autant de déclarations qui, si elles confirment le recul du gouvernement cherchent à masquer le rôle clé de la lutte de classe en pointant la crise politique comme unique élément. En effet, sans l’énorme pression du mouvement contre la réforme des retraites, ce recul n’aurait pas eu lieu.

Passer à la contre-offensive pour enterrer définitivement tous les projets racistes du gouvernement
Le retrait temporaire d’un projet que le gouvernement prépare pourtant depuis plus d’un an à coup de sorties racistes et réactionnaires du ministre Darmanin, démontre la force et les potentialités du mouvement en cours. Cela confirme le lien évident entre la bataille contre la réforme des retraites et la lutte contre tous les projets racistes du gouvernement.

Mais si le gouvernement est contraint de reculer sous pression du mouvement en cours, il ne faut surtout pas s’arrêter là. Au contraire, il faut se saisir de ce point d’appui pour amplifier la mobilisation, qui seule permettra d’enterrer définitivement ce projet et ses éventuels avatars. En effet, dans son allocution télévisée ce mercredi, Macron a précisé qu’« il y aura sans doute plusieurs textes immigration » qui « arriveront dans les prochaines semaines ». Il disait vouloir « réajuster les choses et découper [le projet de loi] en textes plus courts ».

Selon les propos d’un conseiller de l’exécutif, le texte devrait être divisé entre un projet de loi portant sur les points les plus « consensuels » et un autre avec les propositions les plus difficiles à faire passer. Selon le Monde, le gouvernement pourrait aussi tenter de présenter « un texte plus technique avec moins de surface politique ». Malgré les remaniements pour faire passer la pilule, le contenu du projet n’est pas encore enterré et le gouvernement cherche à trouver des moyens pour mener son attaque d’ampleur contre les immigrés et les sans-papiers.

C’est pourquoi en prenant appui sur la faiblesse du gouvernement et sur cette première victoire, il faut se saisir de la situation ouverte par le mouvement actuel pour lier nos combats : de la bataille des retraites à la lutte contre tous les projets racistes du gouvernement, et plus globalement à l’abrogation de toutes leurs lois racistes et islamophobes à commencer par la loi séparatisme. Une telle perspective ne peut se construire qu’en élargissant le cadre revendicatif du mouvement en cours au retrait de la loi immigration et à la régularisation des sans-papiers. Il s’agit d’une nécessité d’autant plus grande que les immigrés et les sans-papiers seront les premiers touchés par la réforme des retraites.

Le mouvement ouvrier et les organisations syndicales doivent s’emparer de ces mots d’ordre pour mettre définitivement à la poubelle toutes les contre-réformes du gouvernement. Intégrer ces mots d’ordre c’est aussi poser une pierre importante dans la bataille contre les idées réactionnaires et racistes de l’extrême droite. A l’heure où la bataille contre la réforme des retraites se radicalise tout en maintenant sa massivité, plus que jamais le gouvernement est fébrile.

Il faut se saisir de la situation en cours pour imposer des mots d’ordre antiracistes et anti-impérialistes, condition pour unifier l’ensemble des exploités et des opprimés. C’est aussi à cette condition que nous pourrons construire une grève générale et politique qui permette non seulement d’imposer des mots d’ordre défensifs, mais aussi de passer à l’offensive pour arracher une revendication anti-impérialiste fondamentale : la fin de l’Europe forteresse, et la liberté de circulation et d’installation des migrants et des sans-papiers.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Menace d'expulsion de l'imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Menace d’expulsion de l’imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Mort d'Adama : le parquet reconnaît l'implication des gendarmes mais continue de défendre l'impunité

Mort d’Adama : le parquet reconnaît l’implication des gendarmes mais continue de défendre l’impunité

Décryptage. Tout comprendre à la loi immigration

Décryptage. Tout comprendre à la loi immigration

Expulsions de SDF : comment l'Etat organise le « nettoyage » de Paris à l'approche des JO

Expulsions de SDF : comment l’Etat organise le « nettoyage » de Paris à l’approche des JO

14 février 1974 en Martinique : l'Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

14 février 1974 en Martinique : l’Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

La France a mené la charge pour légaliser l'enfermement des enfants aux frontières européennes

La France a mené la charge pour légaliser l’enfermement des enfants aux frontières européennes

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère