^

Débats

Une moyenne de 1,5 millions de visites mensuelles

Révolution Permanente souffle sa 4e bougie avec de nouveaux records d’audience : merci à nos lecteurs !

Déjà 4 ans. Le 9 juin 2015, le Courant Communiste Révolutionnaire du NPA se lançait dans un pari un peu fou : couvrir quotidiennement l’actualité de notre classe, des exploités et des opprimés. Pour fêter son quatrième anniversaire, Révolution Permanente, média indépendant, communiste et révolutionnaire, a multiplié les records de visites avec notamment une moyenne de 1,5 millions de visites mensuelles sur fond de mouvement des Gilets jaunes.

mardi 11 juin

Crédit Photo : O Phil des Contrastes

La saison 2018-2019 a été riche. Durant l’été, l’affaire Benalla a fait office de mise en bouche ouvrant une brèche majeure au sein du macronisme. Le 17 novembre 2018, les Gilets jaunes se sont engouffrés dans cette brèche. Par ses explosions de radicalité, notamment le 1er décembre, le mouvement a mis à nu une colère profonde qui couvait. Dès lors, les grands médias ont opéré un virage brusque dans le traitement médiatique. Fini la complaisance : les gentils Gilets jaunes sont devenus des vilains méchants «  casseurs  ». Et qu’importe qu’ils soient mutilés à vie. La mort de Zineb Redouane est à peine relevée comme un dégat «  collatéral  »… Cette vidéo d’Yves Calvi montée par Arrêt sur images est particulièrement éloquente.

La «  neutralité  » des grands médias, un leurre mis en évidence à une échelle de masse

La grande majorité des Gilets jaunes manifestant pour la première fois découvrait ainsi de l’intérieur les manipulations habituelles des grands médias. Les scènes de chaos tournaient en boucle sur les médias en temps réels. Des centaines de milliers de «  casseurs  » venus pour mettre le pays à feu et à sang. Les blessés n’étaient que du côté policier. Les violences policières vécues par des centaines de milliers de manifestants étaient tout simplement censurées via un black-out médiatique massif.

Mais, tardivement et irrésistiblement, les grands médias ont dû changer de stratégie. Et pour cause, la diffusion massive de «  preuves  » des violences policières sur les réseaux sociaux a rendu le décalage entre les faits objectifs vécus par les manifestants et leur censure trop important. Petit à petit, une défiance inédite et généralisée s’est installée contre les grands médias et leur traitement, de plus en plus perçus comme un relais direct du gouvernement et des préfectures de police. La prétendue «  neutralité  » des grands médias en a pris un coup questionnant ainsi la prétendue «  indépendance  » d’une presse majoritairement détenue par des grandes multinationales du CAC 40.

Pour ouvrir cette brèche, le rôle des médias et des journalistes indépendants dans le mouvement des Gilets jaunes a été central. Tout en s’appuyant sur l’usage des réseaux sociaux en tant que canal de diffusion, le travail des médias indépendants, de par leur couverture sur le terrain, a permis de mettre en lumière les faits objectifs, une nécessité pour commencer à réfuter le mensonge dominant.

Révolution Permanente, premier média à avoir démenti la fake news de Castaner

En ce sens, l’exemple du démantèlement de la fake news de la Salpêtrière par Christophe Castaner est particulièrement parlant. Au lendemain du 1er mai, la mise en accusation des Gilets jaunes par le ministre de l’intérieur était reprise par l’ensemble des grands médias sans la moindre remise en doute ni la moindre enquête sérieuse. Pour commencer à remettre en question la version de Castaner, il a fallu une vidéo tournée par les soignants eux-mêmes à l’intérieur de l’hôpital.

C’est dans la déconstruction de ce mensonge d’Etat que Révolution Permanente a joué un rôle de premier plan en étant le premier média à remettre en doute la version gouvernementale. L’article intitulé «  Une vidéo de la scène tournée par des soignants contredit la version officielle  » a été particulièrement lu, relayé et commenté. L’information est alors reprise par l’ensemble des grands médias, obligé d’opérer un virage à 180 degrés. Dans le cadre de cette même affaire, nous avons aussi révélé une affaire de violences policières dans une résidence étudiante par un article intitulé «  La BAC s’introduit dans une résidence étudiante et matraque un étudiant  ». L’information a ensuite été reprise par Médiapart.

De même, Révolution Permanente a été le seul média à avoir relayé la lettre inédite de la fille de Zineb Redouane tuée par la police après le jet d’une grenade lacrymogène en pleine tête, à Marseille en marge d’une manifestation contre le logement insalubre, en plein acte III. Les grands médias ont sciemment ignoré l’information, une nouvelle illustration de la censure médiatique. Après vérification de son authenticité auprès de notre rédaction, le service checknews de Libération a finalement confirmé publiquement l’authenticité de cette lettre.

Révolution Permanente aiguise ses armes en tant que «  tribun du peuple  »

En ce sens, au-delà de notre intervention plus en général, Révolution Permanente a pu pour la première fois démontrer sa capacité à jouer un rôle clé dans la mise en lumière d’un mensonge d’Etat qui aurait pu ouvrir une brèche pour le mouvement. En effet, après le 1er mai et le retournement de l’opinion publique, la démission de Castaner sous pression du mouvement aurait pu faire trembler le gouvernement si une politique consciente s’était saisie de la brèche. Cela d’autant que le mouvement des Gilets jaunes s’était pour sa part largement emparé du mot d’ordre “Castaner démission” scandé à de multiples reprises dans les diverses manifestations sur fond de violences policières.

Cela illustre l’importance stratégique de ce que Lénine dénommait les «  révélations politiques  » dans Que Faire  ?  : «  Les révélations politiques sont une déclaration de guerre au gouvernement au même titre que les révélations économiques sont une déclaration de guerre aux fabricants », explique-t-il. «  Et cette déclaration de guerre a une portée morale d’autant plus grande que la campagne de dénonciations est plus vaste et plus vigoureuse, que la classe sociale qui déclare la guerre pour commencer la guerre, est plus nombreuse et plus décidée. C’est pourquoi les révélations politiques sont par elles-mêmes un moyen puissant pour décomposer le régime adverse.  »

Révolution Permanente et la campagne pour l’appel au vote Lutte Ouvrière

La dernière séquence politique a été marquée par les élections européennes du 26 mai qui a vu une bipolarité RN-LREM commencer à s’inscrire durablement dans le paysage politique sur fond de décomposition des partis traditionnels, notamment LR, et de La France Insoumise sur la gauche. Une campagne qui a été une démonstration criante de la «  neutralité  » des grands médias qui ont tout mis en œuvre pour inscrire la bipolarité LREM-RN. C’est ce que pointe cet article de Télérama ou encore cet article d’Acrimed.

Dans un contexte où le NPA n’a pas pu se présenter, Révolution Permanente a mené une campagne pour Lutte Ouvrière tout en discutant avec les Gilets jaunes la logique du «  vote anti-Macron  » pour revendiquer la liberté de circulation et d’installation, ainsi que la nécessité et l’urgence, pour la classe ouvrière, de s’organiser et de se battre contre les capitalistes dans une perspective révolutionnaire. Si certains de nos lecteurs se sont étonnés de notre soutien à la liste de Lutte Ouvrière, lui préférant la liste de La France Insoumise, nous avons tenu à développer les raisons de notre choix en pointant nos désaccords stratégiques, politiques et programmatiques avec La France Insoumise et sa liste menée par Manon Aubry, ainsi que les limites stratégiques de LFI.

Pour certain que la campagne de Lutte Ouvrière n’ait pas été des plus étincelantes avec notamment un score qui montre que la liste menée par Nathalie Arthaud n’a pas réussi à incarner une voie à la colère sociale exprimée ces 6 derniers mois, nous avons développé lors d’un débat entre le NPA et Lutte Ouvrière quelques-unes de nos importantes divergences quant à l’intervention des révolutionnaires au sein du mouvement des Gilets jaunes. C’est en ce sens que Daniela Cobet du comité de Rédaction de Révolution Permanente est intervenue pour le NPA à la fête de Lutte Ouvrière 2019.

.

Depuis 6 mois, en moyenne 1,5 millions de visites mensuelles « du bon côté de la barricade »

Si un pic de visite avait été atteint en janvier 2019 avec quelques 2,4 millions de visites mensuelles, cette tendance à la hausse importante des visites s’inscrit dans la durée. Depuis le 17 novembre 2018, c’est une moyenne de 1,5 millions de visites mensuelles qui est comptabilisée par Google Analytics. A cela, il faut ajouter les directs Facebook animés chaque samedi de manifestations, les centaines de milliers de réactions sur les réseaux sociaux, les centaines de témoignages inédits de manifestants, les 20 éditions de notre supplément théorie, politique et culture RP Dimanche lancé en novembre dernier. Sur fond de mouvement des Gilets jaunes, ces éléments illustrent un nouveau cap quantitatif et qualitatif franchi pour Révolution Permanente qui s’ancre plus encore comme le média de référence au service de la lutte de classe, anticapitaliste et révolutionnaire.

Pour illustration, cette comparaison entre le journal l’Humanité.fr et RevolutionPermanente.fr faite via l’outil Similar Web est particulièrement élogieuse, cela d’autant plus que les moyens du journal l’Humanité sont sans communes mesures (des centaines de salariés, des millions d’euros de chiffres d’affaires). Sur les 6 derniers mois, le nombre de visite est très proche des courbes de visites observées par le journal L’Humanité. Les courbes se sont même entrecroisées en Janvier et rapproché en Mars 2019.

En jaune (Révolution Permanente) et en bleu (L’Humanité)

Révolution Permanente vous invite à son université d’été

Si ces nouveaux records récompensent les efforts considérables des militants qui font vivre chaque jour Révolution Permanente, il confirme toujours plus la pérennité et la justesse du pari pris, il y a 4 ans. Celui de se faire le relais de nos combats dans les entreprises, des luttes de la jeunesse, des résistances dans les quartiers, dans l’Hexagone, ses colonies, mais aussi à l’étranger, en lien avec le réseau de quotidiens en ligne du Réseau International La Izquierda Diario présent en Amérique latine, en Europe (Espagne, Allemagne et Italie) et aux Etats-Unis. Mais aussi d’œuvrer à ouvrir à un autre niveau les débats politiques, tout en reconstruisant la conscience de classe et en clarifiant les différentes stratégies qui s’affrontent au sein de la gauche radicale. Conjointement, Révolution Permanente tente de construire un outil nécessaire pour remporter nos victoires : un parti anticapitaliste et révolutionnaire. C’est ce pour quoi le Courant Communiste Révolutionnaire bataille en tant que fraction publique au sein du NPA, et c’est pour mener ces discussions avec nos lecteurs que nous vous invitons à participer nombreux à notre université d’été qui se tiendra du 3 au 8 juillet en Aveyron. Nous vous invitons également à la soutenir financièrement via HelloAsso, afin de permettre au plus grand nombre d’y participer.

Nous soutenir




Mots-clés

Gilets jaunes   /    RP Dimanche   /    Révolution Permanente   /    Débats