×

Répression

Scandale : Le Conseil d’État valide l’expulsion de la militante palestinienne Mariam Abu Daqqa

Ce mercredi, le Conseil d’État a donné son feu vert à l’expulsion de Mariam Abu Daqqa, militante palestinienne de 71 ans. Une décision inédite qui s’inscrit dans la criminalisation du soutien à la Palestine. Son avocate prévoit un recours au fond et un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme.

Raji Samuthiram

8 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Scandale : Le Conseil d'État valide l'expulsion de la militante palestinienne Mariam Abu Daqqa

Crédit photo : Carol Sibony

Ce mercredi, le Conseil d’État a donné son feu vert pour l’expulsion de Mariam Abu Daqqa, militante féministe pour la cause palestinienne, qui avait été arrêtée puis assignée à résidence à Marseille le 16 octobre dernier. Alors que le tribunal administratif de Paris avait suspendu l’arrêté d’expulsion prit par le ministre de l’Intérieur dans un premier temps, cette décision du Conseil d’État infirme cette suspension.

Une décision scandaleuse qui s’inscrit dans la criminalisation du gouvernement de tout soutien à la cause palestinienne, sous couvert « d’apologie du terrorisme ». En effet, pour se justifier, le Conseil d’État a fait valoir le caractère « terroriste » du Front populaire de la libération palestinienne (FPLP), une organisation dont Mariam a été membre au cours de sa vie. Il a également évoqué « une forte recrudescence des actes à caractère antisémite » en France depuis le 7 octobre. Une honteuse association qui vise à diaboliser toute solidarité avec la Palestine, comme le dénonce Maître Julie Gonidec, l’avocate de Mariam Abu Daqqa : «  Ils utilisent la notion du terrorisme pour réprimer sa parole critique qui a juste vocation à appeler à la solidarité avec le peuple gazaoui, et de dénoncer les pratiques coloniales d’Israël.  » Après la deuxième intifada, quasiment toutes les organisations palestiniennes à part le Fatah ont été classées comme terroristes.

Mariam Abu Daqqa s’était rendue en France pour une tournée de conférences. En tant que présidente du conseil d’administration du Palestinian Development Woman Studies Association, elle avait été invitée à l’Assemblée Nationale et à plusieurs universités pour parler de la situation des femmes à Gaza. Suite à l’attaque surprise du Hamas du 7 octobre et de la réponse criminelle d’Israël envers la bande de Gaza, ses conférences ont été interdites partout en France.

La demande d’un arrêté d’expulsion, pénalité la plus lourde pour les étrangers, est inédite dans ce cadre : «  Un arrêté d’expulsion pour un visa de 50 jours et des conférences, c’est du jamais vu  », dénonce Maître Gonidec. «  C’est une honte absolue, obscène d’un bout à l’autre , a réagit Pierre Stambul, porte-parole de l’Union juive française pour la paix, qui devait prendre le train avec Mariam Abu Daqqa quand elle fut arrêtée le 7 octobre. On est dans une séquence totalement liberticide ».

L’avocate de Mariam prévoit de faire un recours au fond et un recours auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme. Mariam devrait rentrer en passant par le Caire ou elle risque de devoir rester dans l’attente, comme des milliers de gazaouis, alors qu’Israël poursuit son acharnement génocidaire qui a déjà tué une trentaine de membres de sa famille et plus de 10 000 palestiniens. Face à la répression de Mariam Abu Daqqa et de tout soutien à la cause palestinienne, un front large s’impose, pour continuer de défendre le droit à dénoncer le génocide en cours !


Facebook Twitter
Hausse des prix, gentrification, répression : comment les JO 2024 s'attaquent aux classes populaires

Hausse des prix, gentrification, répression : comment les JO 2024 s’attaquent aux classes populaires

La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d'Erdogan

La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d’Erdogan 

Fac du Mirail. La présidence utilise Vigipirate pour tenter d'empêcher un comité Palestine

Fac du Mirail. La présidence utilise Vigipirate pour tenter d’empêcher un comité Palestine

Toulouse. A l'école de la Maourine, enseignants et parents mobilisés contre l'expulsion de Sinan Yildirim

Toulouse. A l’école de la Maourine, enseignants et parents mobilisés contre l’expulsion de Sinan Yildirim

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés


Allemagne. L'AFD, parti d'extrême-droite allié du RN, appelle à expulser des millions de personnes

Allemagne. L’AFD, parti d’extrême-droite allié du RN, appelle à expulser des millions de personnes

« Squat des nèg**s » : des tags d'extrême-droite visent les mineurs isolés à Paul Sabatier

« Squat des nèg**s » : des tags d’extrême-droite visent les mineurs isolés à Paul Sabatier


Enfants à la rue après une expulsion : deux écoles réquisitionnées par des parents et profs à Toulouse

Enfants à la rue après une expulsion : deux écoles réquisitionnées par des parents et profs à Toulouse