^

Politique

Toujours aussi mobilisés, toujours aussi réprimés.

Crâne fracturé, étranglement, dents cassées... toujours autant de violences policières pour l’acte X

Jeunes blessés à la tête, dents cassées, malaise cardiaque suite à une charge.... Derrière la mise en scène médiatique qui vise à séparer les « gentils » Gilets Jaunes des « méchants casseurs », la réalité de l'acte 10 est bien celle d'un mouvement massif toujours aussi durement réprimé. Nous compilons ici les faits de violences policières qui ont émaillé l'acte 10. Nous invitons les victimes ou témoins de violences policières à nous faire parvenir leurs témoignages.

lundi 21 janvier

A Rennes, une Gilet jaune inanimée à terre après une charge des CRS a été évacuée par le Samu. Toujours à Rennes, la mère d’un Gilet Jaune de 27 ans blessé à l’oeil a témoigné, sur la vidéo elle relate que son fils aurait subi un tir de flashball à l’oeil, la préfecture de son coté parle d’un éclat de grenade de désencerclement - en tout cas une blessure grave, le jeune homme aurait perdu son oeil selon sa mère.

A Vitry-le-François, Razvan, qui nous a fait parvenir son témoignage, a été étranglé par la police afin de l’empêcher de filmer une arrestation violente par les CRS.

A Montpellier, la répression a été particulièrement violente, puisque deux jeunes, de 18 et 25 ans, ont été touchés des tirs de LBD40, dont l’un à l’arrière de la tête. Le second souffre de multiples fractures du crâne au-dessus des yeux, ainsi que d’une fracture de l’orbite droit et d’un œil oedematié. Un autre manifestant a lui aussi été touché par un tir de LBD40, à la fesse.

A Paris, plusieurs tirs de flashball ont blessé une nouvelle fois des manifestants.Ainsi, une équipe de secouriste a soigné trois blessés aux alentours de 17h35, par des tirs de flashball. L’un des blessés est atteint au thorax. "Ça peut être grave " ont-ils expliqué à un journaliste sur du Figaro sur placehttps://www.revolutionpermanente.fr/Un-Gilet-jaune-J-etais-en-train-de-filmer-les-affrontements-quand-un-flic-m-a-mis-un-coup-de

A Toulouse, une street-medic a témoigné de la violence des policiers, qui continuaient de gazer alors qu’une homme s’est effondré au sol suite à un malaise cardiaque. Un autre témoignage, relayé par David Dufresne, fait état de violences particulièrement barbares, Yann a été passé à tabac par la BAC, lui éclatant 8 dents au total : « Quand la BAC est arrivée, un premier m’a mis un coup de matraque dans le bras, un deuxième m’a aveuglé à la lacrymo, un troisième m’a éclaté toutes les dents. »

https://www.revolutionpermanente.fr/Acte-X-Temoignage-d-une-street-medic-un-homme-fait-un-malaise-la-police-continue-de-gazer

Nous invitons les témoins et/ou victimes de violences policières à nous contacter. Vous pouvez nous envoyer vos témoignages à cette adresse : siterevolutionpermanente@gmail.com




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique