^

Politique

Education nationale

Tous en grève jeudi 3, en hommage à Christine Renon, directrice à Pantin, qui s’est suicidée

C’est parce que la terrible nouvelle à choqué largement, que ses collègues et l’ensemble de la communauté éducative ont décidé, contrairement à ce qui leur était demandé, de rendre hommage à la directrice de l’école Mehul de Pantin en se mettant en grève et en se rendant devant la DSDEN jeudi prochain 3 octobre.

lundi 30 septembre

Crédits photos : LP/N.R.

Jeudi 26 septembre déjà plusieurs collègues, enseignants, parents et enfants, s’étaient retrouvés devant l’école Mehul à Pantin pour rendre hommage à la directrice d’école qui s’était suicidée quelques jours plus tôt sur son lieu de travail. Ce soir là une de ses collègues également directrice d’école à Pantin avait pris la parole : « Christine a mit fin à ses jours sur son lieu de travail. C’est un choix lourd de sens pour elle comme pour nous. Rien ne peut justifier l’épuisement de notre collègue. L’Éducation nationale, le ministre doivent urgemment prendre acte du geste désespéré de notre collègue et réagir en conséquence. Son geste est révélateur de la souffrance au travail partagée par l’ensemble des personnels. Christine, même si c’est trop tard, on t’a entendue et on ne t’oubliera pas ! »

« Plus jamais ça » peut-on lire sur la façade de l’école maternelle Mehul à Pantin.

Le ministère, à la suite du rassemblement de jeudi dernier, a pourtant su entretenir la colère, en continuant à passer sous silence la situation, et en étant en dessous de tout au niveau de la gestion du drame : en réclamant que les instituteurs et professeurs marquent et fassent marquer aux élèves une minute de silence pour la mort de Jaques Chirac… sans rien faire pour Chrisitine Renon. L’indécence a des limites !

Les organisations syndicales ont suivi la décision des collègues de Christine Renon qui, en AG, avaient décidé d’une grève pour le jeudi 3 octobre devant la DSDEN afin de rendre hommage et de porter la colère et la souffrance qui a suivi la mort de la directrice.

Le mouvement s’annonce très suivi dans toute l’Île de France, puisque beaucoup sont ceux qui se sont reconnus dans la lettre qu’elle a adressée et laissée pour expliquer son geste.

Alors, en hommage a Christine, soyons nombreux jeudi à nous arrêter pour lui rendre hommage et pour que « l’institution » entende une fois pour toute la colère d’un corps éducatif en souffrance, une souffrance accentuée par les réformes Blanquer et la dégradation accélérée des conditions de travail qui ont menée au pire Christine Renon, une colère attisée par le mépris de l’institution. À celles et ceux qui se lèvent tôt, a qui on en demande toujours plus avec toujours moins et que l’on voudrait voir maintenant crever au boulot, la coupe est pleine. Pour qu’il n’y ait plus d’autres Christine, faisons reculer les réformes Blanquer et Delevoye, exigeons de véritables moyens pour l’éducation, retrouvons-nous ce jeudi 3 octobre.




Mots-clés

Education   /    Politique