^

Politique

Plus de la moitié des cas étudiés jusqu'ici

Tout un symbole : 21 ministres épinglés pour des "erreurs" lors de leurs déclarations fiscales

Moraliser la vie politique, telle était une promesse de Macron lors de son élection. Ce jeudi 23 mai, un rapport de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ont « donné lieu à des rectifications » au sujet des déclarations fiscales de 21 ministres.

jeudi 30 mai

Crédits photo : Philippe Wojaver / AFP

Dans ce gouvernement moins d’un ministre sur trois en poste depuis 2017 a correctement rempli ses déclarations fiscales, les autres ont tous fais des erreurs lors du remplissage de celle-ci.

Les fameuses erreurs lors des déclarations seraient du en parti à leurs activité libérale en amont ou pendant leur activité de ministre. Par ailleurs, il serait difficile de connaitre le prix exact de son patrimoine selon un connaisseur du dossier, ce qui induit souvent ce genre d’erreur toujours selon ce connaisseur. Seulement encore faut-il posséder un patrimoine suffisamment conséquent pour ne pas pouvoir en estimer sa valeur ou ne pas vouloir la divulguer. Cette situation nous rappelle la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron lors des présidentielle ou celui-ci ne possédait miraculeusement aucun bien immobilier ni de grande valeur.

Les fameuses erreurs de déclarations ont nécessité un rappel moyen de 10 788 euros avec des pénalités moyenne de 11 930 euros par ministre.

La HATVP a tout de même saisi l’Elysée et Matignon au sujet d’un cas de soupçons de fraude. Par ailleurs, il reste encore 10 dossiers en cours d’instruction par la HATVP et concernant les membres du gouvernement nommés depuis septembre 2018.

Cette affaire révélée par le Canard Enchaîne est symptomatique à la fois de la pratique généralisé de déclarations fiscales « erronées » au plus haut de l’Etat, mais aussi une forme de complaisance, avec la très grande majorité des cas ont été évincés moyennant amende et rappel, ces erreurs étant considérés « de bonne foi ». Tout un symbole !




Mots-clés

LREM   /    Emmanuel Macron   /    Politique