^

Société

Impunité policière

Troisième plainte contre Assa Traoré : les gendarmes lancent l’offensive judiciaire

L’acharnement contre la famille Traoré n’en finit plus. Alors que son frère Bagui est toujours en prison, Assa Traoré fait l’objet d’une 3ème plainte pour diffamation de la part d’un autre gendarme, qui a reconnu avoir écrasé Adama Traoré avec le poids de son corps et celui de ses collègues lors d’un contrôle de police le soir de sa mort. Celle qui est devenue une figure du combat pour obtenir justice et vérité pour les victimes de violences policières est donc convoquée par le TGI de Paris le 19 novembre. Nous lui exprimons toute notre solidarité et relayons le communiqué du Comité Justice et Vérité pour Adama.

vendredi 18 octobre

Communiqué : UNE TROISIÈME PLAINTE CONTRE ASSA TRAORÉ

Enfin une audience devant le tribunal de Paris dans l’affaire Adama Traore !

Suite à la publication du "J’accuse" d’Assa Traore, un des gendarmes interpellateurs, Arnaud Gonzales, l’a fait citer devant le tribunal correctionnel pour diffamation.

Arnaud Gonzales, comme les deux autres gendarmes qui ont déposé plainte contre Assa Traore, lui reprochent d’avoir affirmé publiquement qu’ils ont tué son frère.

Assa Traore comparaîtra donc devant le tribunal comme prévenu et Arnaud Gonzales comme victime !

Pourtant, lors de cette audience ce sont les actes criminels d’Arnaud Gonzales, et de ses collègues, qui seront discutés.

Un débat sur le fond de l’affaire aura enfin lieu : s’il est démontré qu’Arnaud Gonzales, Romain Fontaine et Matthias Uhrin ont tué Adama Traore en l’écrasant avec le poids de leurs corps, Assa Traore ne pourra qu’être relaxée.

Le procès en diffamation se retournera alors contre son instigateur qui ose aujourd’hui se positionner en victime alors que l’instruction sur le décès d’Adama Traore est toujours en cours et que les éléments de l’enquête mettent en cause les gendarmes.

Compte tenu de l’indécence de la plainte d’Arnaud Gonzales qui, avec ses collègues, a reconnu avoir fait une "grosse interpellation" et avoir fait porter le poids de leurs corps à Adama Traore, nous demanderons sa condamnation au paiement de dommages et intérêts conséquents pour plainte abusive.




Mots-clés

Comité Vérité pour Adama   /    impunité policière   /    Répression   /    Société