×

Uber voleur

Uber Eats : les livreurs appellent à la grève ce weekend contre la baisse de leur rémunération

Depuis un changement d'algorithme sur Uber Eats, les revenus des livreurs ont subi une réduction de 10 à 30%. Face à la colère, les principaux syndicats appellent à la grève chez Uber Eats, Deliveroo et Stuart les samedi 2 et dimanche 3 décembre. Une dizaine de manifestations et de rassemblements sont prévus en France.

Tristane Chalaise


et Léna Nilène

1er décembre 2023

Facebook Twitter
Uber Eats : les livreurs appellent à la grève ce weekend contre la baisse de leur rémunération

Crédit photo : Wiki Commons

Ce weekend, les livreurs de plateforme Uber Eats, Deliveroo et Stuart seront en grève, à l’appel de l’Union-Indépendants, de la CGT et de Sud Commerces et Services. Les livreurs dénoncent la nouvelle politique de tarification mise en place par la plateforme Uber Eats : depuis trois semaines, le système est géré par un algorithme, provoquant une diminution du prix de la commande pouvant aller jusqu’à 2,85 euros et une baisse du salaire moyen des 65 000 livreurs indépendants.

Interrogés par France Info, deux livreurs dénoncent ainsi l’apparition de courses à moins d’1€ et une baisse de près d’un tiers de leur rémunération, et ce en dépit des accords signés en avril dernier entre les plates-formes et les organisations syndicales représentant les livreurs, supposés garantir à ces derniers un revenu horaire minimal de 11,75 euros

L’appel à la grève de ce weekend intervient après plusieurs journées de grève et de mobilisation, impulsées par les livreurs. Dès le 22 octobre, dans plusieurs villes du Nord-Pas-de-Calais, les livreurs Uber Eats se sont mis en grève pour protester contre la baisse de leur rémunération, suivis par les livreurs de Lyon le 3 novembre. Au même moment, ce sont les livreurs de Just Eat qui se mobilisaient, cette fois-ci pour dénoncer la suspension de deux de leurs collègues sans-papiers. Une situation qui a poussé les principales organisations syndicales du secteur à lancer le 13 novembre l’appel à la grève de ce weekend.

Alors que les travailleurs d’Emmaüs de Grande Scynthe et de la Halte Saint-Jean sont en grève depuis plus de cent jours, et que des centaines de travailleurs sans-papiers des chantiers des JO parisiens se sont mis en grève en octobre pour dénoncer la surexploitation, l’appel à la grève des travailleurs des plateformes de livraison s’ajoute aux mobilisations de travailleurs précaires, où les salaires de misère vont de pair avec l’exploitation raciste de travailleurs souvent étrangers ou sans-papiers.

Dans le cas d’Uber Eats, 40% des travailleurs de la plateforme sont nés à l’étranger, alors que les travailleurs sans-papiers sont considérés par l’entreprise comme une garantie contre la grève. C’est ce que pointait un gréviste en octobre : « Dans le contexte de grève, les travailleurs sans-papiers acceptent tout de même les courses car ils ne peuvent faire que ça et Uber le sait, il pense pouvoir gagner. »

C’est pourquoi, en plus des grèves impulsées par les travailleuses et travailleurs, il est essentiel de se joindre aux mobilisations en cours contre la loi immigration, qui va faire plus encore des travailleurs immigrés et sans-papiers de la chair à patrons. Alors que les organisations syndicales adoptent majoritairement une position passive vis-à-vis de la loi, il est nécessaire que les organisations du mouvement ouvrier prennent en main la lutte contre les lois racistes et xénophobes. Le 18 décembre soyons nombreuses et nombreux et nous opposer à toutes les lois racistes, et exigeons le retrait de la loi immigration ainsi que la régularisation sans conditions de tous les sans-papiers !


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Réponse d'une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

Réponse d’une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d'ensemble !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d’ensemble !

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »