×

Répression syndicale

Contre la répression de Siham Touazi, la CGT 95 appel à un rassemblement le 7 mai à Pontoise

Le mardi 7 mai 2024, l’ex-déléguée syndicale CGT Siham Touazi est convoquée au tribunal judiciaire de Pontoise, en Ile-de-France, pour avoir été la porte-voix d’une lutte de 133 jours. Soyons nombreux à venir la soutenir pour un rassemblement à 12 h devant le tribunal.

Léna Nilène

24 avril

Facebook Twitter
Contre la répression de Siham Touazi, la CGT 95 appel à un rassemblement le 7 mai à Pontoise

Crédits photo : CGT USD 95

Depuis plusieurs années Siham Touazi, infirmière durant 12 ans à l’EHPAD du château de Neuville-sur-Oise, dénonce le harcèlement qu’elle subit de la part de son ex-direction (le groupe Epinomis). Après avoir signalé à de multiples reprises un management toxique, la militante est aujourd’hui victime d’une procédure-bâillon.

En effet, après avoir mené une grève de 133 jours avec ses collègues, Siham Touazi est poursuivie par sa direction pour harcèlement, cela après avoir été mise en examen à quatre reprise alors même qu’elle ne faisait plus partie de l’entreprise. Un véritable acharnement anti-syndical qui a commencé en janvier 2022, trois semaines après que la militante ait été désignée déléguée syndicale par son syndicat CGT.

Ainsi, le 28 janvier 2022, la direction démarrait la première procédure judiciaire afin de la destituer de son mandat. En parallèle de ces procédures, étant donné que leurs conditions de travail devenaient de plus en plus difficiles, les employées ont demandé avec le soutien de l’inspection du travail et de la médecine du travail une étude des RPS (risques psycho-sociaux) à leur employeur afin d’évaluer les risques de ce changement sur la santé mentale et physique des salariés de l’entreprise. Selon la militante syndicale, ces événements ont déclenché la répression syndicale au sein de l’entreprise, et tout particulièrement à son égard.

C’est à l’issue de ces mêmes événements que Siham Touazi s’est vu imposer une mise à pied tout comme l’une de ses collègues. « Durant les 3 mois qui ont suivi l’annonce de la procédure, on a été accusées des pires choses et on n’a pas été payées » dénonce l’ex représentante CGT. Ce genre de procédures a été répété de multiples fois à son égard, jusqu’à ce que cette dernière cumule finalement six mois de mise à pied. « Le but de la direction était simple : m’éloigner de mon lieu de travail, pour m’empêcher d’effectuer mon travail de déléguée syndicale » explique-t-elle.

Après cela, le 3 janvier 2022, une dizaine de salariées de l’EHPAD se sont mises en grève, afin de s’opposer à une modification de leurs horaires de travail imposés par la direction. Malgré les nombreuses difficultés liées aux différentes manœuvres de la direction, la détermination des grévistes n’a pas été atteinte. Elles ont mené leur lutte pendant plus de quatre mois, ce qui fait de cette dernière la plus longue mobilisation ayant eu lieu dans le Val d’Oise. À l’issue de la grève, Siham Touazi a reçu 4 mises en examen pour diffamation, alors qu’elle ne faisait déjà plus partie de l’entreprise. Son employeuse a également porté plainte contre elle pour harcèlement.

Face à ces multiples attaques envers Siham Touazi, la CGT 95 organise un rassemblement à l’occasion de son audience le 7 mai à 12 h devant le tribunal judiciaire de Pontoise au 3 rue Victor Hugo. Une conférence de presse organisée par la CGT Val d’Oise aura également lieu en présence d’autres militants victimes de répression dans leurs entreprises (Transdev, Dassault, Nortier…). Une initiative qui vise à démontrer que le cas de Siham Touazi est loin d’être isolé.

En effet, ce sont plus de 1000 militants CGT qui ont fait l’objet de procédures judiciaires pour leur engament depuis la réforme des retraites. Comme le résume Siham Touazi : « le militantisme en 2024, c’est les tribunaux, les sanctions disciplinaires. La brutalité que les français vivent, c’est la même que celle qu’on vit dans les entreprises, les employeurs nous répriment de la même manière que le gouvernement a réprimé les français pendant la réforme des retraites  ».

Face à cette répression qui prend une ampleur nationale, il est plus que jamais primordial de construire une mobilisation commune pour faire front. Lutter de manière isolée est une stratégie qui peut vite montrer ses limites pour l’instauration d’un rapport de force capable d’obtenir des victoires. C’est dans ce sens que le rassemblement appelé par la CGT 95 est important et qu’il faut plus largement coordonner les différents cas de répression syndicale afin d’opposer une riposte d’ensemble.


Facebook Twitter
Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l'offensive !

Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l’offensive !

« Demain ça sera Stellantis Poissy » : les grévistes de MA France appellent à étendre le combat

« Demain ça sera Stellantis Poissy » : les grévistes de MA France appellent à étendre le combat

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Salaires, embauches, JO... : les salariés des aéroports de Paris en grève ce 21 mai

Salaires, embauches, JO... : les salariés des aéroports de Paris en grève ce 21 mai

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l'usine à Folschviller !

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l’usine à Folschviller !

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France