^

Politique

Un SDF tué par balle alors qu’il tentait de se suicider, la police plaide la légitime défense !

Dimanche 1er août, à Menton, un policier a tiré sur un SDF qui avait entrepris de se tailler les veines. Sous prétexte qu’il était « agité » et se serait précipité sur les forces de l’ordre, un policier a fait feu à deux reprises, l’atteignant mortellement. La « légitime défense » est bien sûr invoquée. Jusqu’où ira-t-on dans l’usage trop commode de ce prétexte à blanchir les ‘excès’ de la police ?

lundi 12 août

« Notre police » est-elle si faible qu’un SDF blessé lui fait peur ?

Dans la soirée de dimanche, une équipe de pompiers et des policiers ont été appelés à intervenir dans le quartier du Careï à Menton. Un sans-abri d’environ cinquante ans tentait de mettre fin à ses jours en s’ouvrant les veines avec un couteau. D’après le parquet lui-même, l’homme s’était déjà tailladé à plusieurs reprises à la hauteur des bras, des chevilles et de la gorge quand les forces de police et les secours sont arrivés sur les lieux.

Le SDF, qui présentait apparemment des signes d’agitation, se serait montré sourd aux tentatives de négociation de la police. Selon Nice Matin un policier aurait alors utilisé un « pistolet à impulsion électrique », en termes plus courants un Taser, pour faire entendre raison au pseudo forcené.

C’est alors qu’un autre policier, en fonction depuis deux ans selon les informations de France Bleu Azur, a fait feu par deux fois. Il a atteint mortellement le SDF, et les secours qui étaient pourtant sur place ont été impuissants à le ranimer.

Quand l’IGPN s’en mêle, que faut-il espérer ?

Vieux réflexe policier oblige, dès que l’un des membres du corps s’engage un peu trop vite ou un peu trop loin sur le chemin de la bavure, on voit très vite surgir la botte imparable de la « légitime défense ». Parée des plumes de l’enquête impartiale, l’IGPN, dont l’image a d’ailleurs pris un sacré coup avec l’enquête sur la mort de Steve, est saisie du dossier. Son enquête devrait « déterminer si le tir a effectivement eu lieu dans une situation de danger imminent et par conséquent de légitime défense ».

Dans toutes les circonstances, c’est la même antienne. On ne compte plus les cas où cet argument a été utilisé pour laisser impunies les violences, les blessures et les mutilations perpétrées par les forces de répression contre les gilets jaunes.
Mais avec le cas de ce SDF, on touche le fond. Ils sont là en nombre, policiers et secours, l’homme est seul, démuni, faible au point de vouloir mourir de sa propre main et on l’abat purement et simplement. Que signifie ensuite, cette prétendue enquête, cette mascarade de l’IGPN, et quelle honte pour « la police des polices » que de voler aussi lamentablement au secours d’un membre de sa corporation. Mais il n’y a en fait pas à s’étonner… l’IGPN fait tout simplement son boulot. Maintenir l’image intouchable du bras armé de l’Etat bourgeois, dans les petites comme dans les grandes circonstances.

« Que vous soyez puissant ou misérable les jugements…. »

L’IGPN est saisie. Oui… et après ? Quand on voit ce que deviennent les investigations consécutives aux violences caractérisées de la police, on peut aisément imaginer quelle justice posthume sera rendue à un SDF dont les soutiens sont probablement très limités, voire inexistants.

Que sont devenues les plaintes et enquêtes en défense d’Adama, des jeunes de Mantes-La-Jolie, des Gilets jaunes victimes de mutilations, des Zineb, Geneviève et de tou.te.s les autres. Faut-il oublier que certains policiers mis en cause ont même été décorés. Et pourtant, les soutiens ne manquaient pas.

Hélas pour ce SDF, il aura été spolié même de sa propre mort, et le policier assassin risque fort d’écoper au mieux d’une légère sanction administrative et au pire de rien du tout, voire d’un soutien protecteur de son entourage.

Une raison de plus de se battre collectivement et vigoureusement contre les violences policières et contre un État qui bafoue chaque jour les règles les plus élémentaires de la démocratie bourgeoise dont il se revendique.




Mots-clés

Justice Pour Steve   /    Police   /    SDF   /    #JusticePourThéo   /    Violences policières   /    Politique