×

Riposte unitaire

Université de Bordeaux. Deux organisations d’extrême droite aux élections qu’il faut combattre

L’Uni et la Cocarde, deux organisations étudiantes d’extrême droite, se présentent aux prochaines élections étudiantes de l’Université de Bordeaux. Une présence qui surfe sur le climat réactionnaire que l'ensemble des organisations et des étudiants doivent combattre.

Le Poing Levé - Bordeaux

4 décembre 2023

Facebook Twitter
Université de Bordeaux. Deux organisations d'extrême droite aux élections qu'il faut combattre

Image de l’attaque de la conférence de la France Insoumise à l’Université de Bordeaux le 2 décembre 2022

Cette année, deux listes d’extrême droite se présentent aux élections des représentants étudiants aux conseils centraux de l’université de Bordeaux : l’organisation d’extrême droite « La Cocarde » se présente à ces élections pour la première fois de son existence à Bordeaux sous la liste « L’Alternative patriote » ; tandis que le syndicat d’extrême droite l’UNI se présente également sous le nom « Fiers de nos valeurs, engagés pour votre avenir ». Une présence que nous dénonçons avec force et face à laquelle nous entendons répondre.

Dans leurs programmes, ces deux organisations cherchent à surfer sur le manque de moyens à l’université en mettant en avant des pseudos mesurettes sociales pour en réalité avancer ses idées profondément racistes et réactionnaires. Tandis que l’UNI entend « améliorer les conditions d’études » et la Cocarde « garantir le bon déroulé des études », les deux organisations mettent en avant un ensemble de fausses mesures, très peu convaincantes au passage, afin de masquer leur vrai visage, celui de deux organisations d’extrême droite qui se positionnent pour toujours plus de sélections à l’université et pour la répression de nos luttes.

En effet, tandis que l’UNI se félicitait dès 2018 de l’augmentation de la sélection en licence, en revendiquant le fait de « passer d’une sélection par l’échec à une sélection basée sur le mérite et les aptitudes » et entend aujourd’hui « adapter les formations au monde du travail », la Cocarde revendique aussi le renforcement de la sélection sociale basée sur « le mérite » et « l’excellence », ainsi que la « professionnalisation des formations ». Des positions en réalité similaires aux plans de Macron pour appliquer la sélection sociale, intégrer plus fortement les intérêts privés à l’université, et exclure les enfants des classes populaires. Des mesures face auxquelles le mouvement étudiant s’est historiquement organisé.

L’extrême droite dans nos facs défend donc bien la politique du gouvernement, et elles prennent également à cœur la criminalisation et la répression des mobilisations étudiantes, revendiquant la « sécurisation » des campus avec « plus de vidéo-protection » pour favoriser les interventions policières sur les campus, notamment pour éliminer « les blocages » ou « squats gauchistes ». A ce titre, l’extrême droite bordelaise avait tenté d’attaquer un meeting de la France Insoumise à l’université Bordeaux Montaigne il y a un an tout juste, organisant un commando d’une vingtaine personnes cagoulés et munis de bar de fer.

Des revendications accompagnées d’un mépris de classe pour les travailleurs et les classes populaires de l’université, lorsque la Cocarde entend « augmenter le rythme de nettoyage de l’université et sanctionner les auteurs de dégradations : la saleté amène la saleté ».

Si sur le fond, le programme de ces deux organisations se rapproche du néo-libéralisme porté par la macronie, elles y ajoutent une surenchère réactionnaire et raciste ignoble. En effet, alors que la Cocarde s’affiche d’ailleurs sans problème avec Marion Maréchal Le Pen et revendique « la préférence nationale pour les logements Crous » ; l’UNI de son côté a participé à la campagne de Zemmour au sein de « Génération Z ». Ainsi, si ces organisations déclarent ne soutenir officiellement aucun parti, la plupart de leurs militants sont organisés à Reconquête, lorsqu’ils ne sont pas organisés dans des groupuscules fascistes comme la Bastide Bordelaise localement.

Au racisme se mêlent aussi les poncifs de l’extrême droite actuelle : la dénonciation du « wokisme » et de « l’islamo-gauchisme ». Ces fantasmes réactionnaires que l’extrême droite partage là encore avec le gouvernement leur permettent de s’en prendre à la communauté LGBT en revendiquant entre autres « la fin de l’écriture inclusive » et dénonçant la reconnaissance par l’université de Bordeaux d’un nom d’usage pour les étudiants trans ou intersexes.

Aujourd’hui, alors que l’UNI et la Cocarde veulent s’installer à l’université de Bordeaux, notamment derrière des revendications sociales, l’ensemble des organisations des étudiants et du personnel doivent dénoncer cette mascarade et organiser une mobilisation unitaire contre la présence de l’extrême droite. Ce, à plus forte raison encore que les militants d’extrême droite instrumentalisent la mort de Thomas à Crépol pour organiser des tentatives de ratonnades islamophobes et xénophobes. Avec Le Poing Levé, nous défendons la perspective d’une mobilisation large des étudiants contre l’extrême droite qui s’oppose à toute présence de ces idées réactionnaires dans nos universités.

Mais le combat contre l’extrême droite et ses idées doit s’articuler à la lutte contre le gouvernement Macron, qui a été le fer de lance de l’offensive contre « l’islamo-gauchisme » à l’université et qui continue de marcher sur les plates-bandes de l’extrême droite en nous imposant des lois racistes et en renforçant le caractère autoritaire de l’État. Dans cette perspective, nous défendons le retrait immédiat de la loi immigration, de l’ensemble des lois liberticides et islamophobes du gouvernement, ainsi que nous affirmons au quotidien le droit de défendre le peuple palestinien face à la colonisation d’Israël depuis 75 ans.

À l’inverse des perspectives élitistes et réactionnaires de l’extrême droite, Le Poing Levé défend une université ouverte, gratuite pour tous, féministe, LGBTQI+ et antiraciste ! Notre liste défend le droit de tous les étudiants et travailleurs de l’université de s’organiser et se mobiliser.

Pour t’organiser avec Le Poing Levé, contacte- nous sur les réseaux !

Twitter : LePoingLeveBdx

Instagram : le_poing_leve_bdx

Et pour des élu⋅e⋅s au service des luttes, vote Le Poing Levé du 5 au 7 décembre !


Facebook Twitter
Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d'assommer la jeunesse de mesures répressives

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d’assommer la jeunesse de mesures répressives

L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel


Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J'ai l'impression de gâcher ma vie »

Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J’ai l’impression de gâcher ma vie »