^

Politique

VIDEO. Près de 300 personnes mobilisées pour gâcher la soirée de Darmanin et les vœux de Rupin, député LREM

Près de 300 cheminots, finances publiques, précaires, chômeurs, travailleurs de la culture étaient mobilisés ce lundi soir devant un restaurant dans lequel Pacôme Rupin, député LREM, devait faire ses vœux pour les municipales accompagné de Gérald Darmanin. Depuis le 5 décembre, chez les travailleurs du spectacle, la mobilisation continue, avec des grèves à l’Opéra, Radio France, ou encore dans les bibliothèques, cette nouvelle action confirme leur détermination.

lundi 13 janvier

Crédits Photos : Christophe Gueugneau

Les militants de la culture et du spectacle se sont rendus aux vœux d’un député LREM ce lundi soir pour protester contre la réforme des retraites et empêcher leur tenue. Autour de chants, comme « On ira jusqu’au retrait », mais aussi avec des casseroles et des instruments de musique, ils ont fait entendre à ces figures du gouvernement leur colère, et notamment à G. Darmanin, ancien des Républicains devenu ministre de Philippe. Lui qui a poussé la généralisation des contractuels dans la fonction publique, qui avait comparé les gilets jaunes à « la peste brune » ou encore expliqué aux grévistes qu’il fallait « arrêter de crier avant d’avoir mal » a été aujourd’hui la cible des contestataires.

Les vigiles ont d’abord repoussé les militants, puis la police est vite intervenue pour les empêcher de rentrer et se positionner devant le bâtiment. Boucliers, matraques et gaz, tout a été utilisé, comme d’habitude, pour repousser les manifestants. Mais ceux-ci ne se sont pas laissés faire et ont continué à chanter, siffler, même de l’autre côté du trottoir, une fois repoussés. 6 fourgons de police et même des bus pour embarquer des gens avaient été mobilisés pour arrêter l’action. Des mesures encore une fois disproportionnées d’un gouvernement qui n’a plus que sa police pour s’illusionner de garder une légitimité.

Autour de slogans contre la police comme « tout le monde veut la retraite des flics » ou contre le gouvernement comme « Gerald Darmanin, ministre qui sert à rien, on vient te chercher chez toi », les manifestants ont tout de même montré leur détermination et réussi à faire ce pourquoi ils étaient venus : empêcher le gouvernement de continuer tranquillement sa campagne des municipales en pleine crise sur la réforme des retraites et affirmer leur mobilisation, malgré les fausses annonces d’Edouard Philippe.

Alors que le gouvernement pensait avoir donné son coup de grâce à la grève sur la question de l’âge pivot, les mobilisés répondent présents, que ce soit ce matin lors du rassemblement au dépôt de Vitry pour les grévistes en conseil de discipline ou ce soir devant un restaurant du 12ème contre une des principales figures du gouvernement.




Mots-clés

LREM   /    Politique