×

La police mutile

Violences policières à Nantes : un homme amputé d’un testicule après un tir de LBD

À Nantes, la police répond aux « casserolades » par des tirs de LBD. Lundi soir, un homme est victime d’un tir dans l’entrejambe et finit aux urgences.

Clovis Moreno

26 avril 2023

Facebook Twitter

Lors de la dernière « casserolade » à Nantes ce lundi soir, environ 500 personnes étaient présentes devant la mairie dans un esprit familial et festif pour contester la réforme des retraites ainsi que l’ensemble des politiques menées par Macron depuis le début de son quinquennat.

Alors que la manifestation se déroulait calmement, selon de nombreux témoignages recueillis par Contre Attaque, les forces de l’ordre chargent un petit groupe de manifestants aux alentours de 22h30 et tirent, avec l’aide d’un LBD, dans l’entrejambe d’un homme avant de l’interpeller.

Un manifestant témoigne auprès de Contre-Attaque : « J’étais présent hier soir lors de l’interpellation. Nous étions encore une quarantaine devant la préfecture à manifester pacifiquement avec de la musique. Tellement que la plupart des flics sont partis, il ne restait plus qu’une ligne à bloquer la rue de Strasbourg. Des policiers ont avancé très vite vers nous et ont couru. Un agent de la BAC a effectué une très violente balayette sur l’interpellé, et l’a projeté au sol alors qu’il ne représentait pas une menace. Je pense que le tir a été réalisé à ce moment-là mais je ne m’en suis pas rendu compte. La réponse était totalement disproportionnée car nous n’étions pas nombreux, et le tireur était forcément à proximité directe. Je peux confirmer que la manifestation était totalement pacifique. »

L’homme touché par le tir de LBD est alors transporté aux urgences et amputé d’un testicule pendant que des policiers montent la garde devant sa chambre, empêchant toute visite des proches. Ces violences systématiques sont l’œuvre d’une politique de terreur menée par la macronie qui veut à tout prix briser le mouvement de contestation contre la réforme des retraites, et, plus largement, contre un gouvernement extrêmement impopulaire.

Interdictions de manifester, arrêtés préfectoraux interdisant les « dispositifs sonores portatifs », réquisitions de grévistes, mutilations et tabassages sont la réponse du gouvernement à la contestation. Toute cette répression est accompagnée par les médias qui relaient sans faillir les récits policiers. En retour, notre classe doit être unie pour dénoncer les violences policières où qu’elles frappent, et s’opposer à la politique anti-sociale de Macron !


Facebook Twitter
Dégel du corps électoral en Kanaky : le Sénat tente d'enterrer toute velléité d'indépendance

Dégel du corps électoral en Kanaky : le Sénat tente d’enterrer toute velléité d’indépendance

Fabien Roussel et la loi immigration : une position scandaleuse, révélatrice des ambiguïtés de l'ex-NUPES

Fabien Roussel et la loi immigration : une position scandaleuse, révélatrice des ambiguïtés de l’ex-NUPES

Mumia Abu Jamal, plus vieux prisonnier politique du monde, fête ses 70 ans dans les prisons américaines

Mumia Abu Jamal, plus vieux prisonnier politique du monde, fête ses 70 ans dans les prisons américaines

Mosquée de Cherbourg : après des attaques islamophobes, le parking incendié

Mosquée de Cherbourg : après des attaques islamophobes, le parking incendié

1er mai : la police réprime violemment à Lyon, Toulouse, Paris, au moins 45 personnes interpellées

1er mai : la police réprime violemment à Lyon, Toulouse, Paris, au moins 45 personnes interpellées

La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !