×

Finale de la CAN

Voiture défoncée, violentes interpellations : la BRAV-M réprime la joie des supporters ivoiriens

Hier soir, la BRAV-M est intervenue sur les Champs-Elysées pour réprimer la joie des supporters de la Côte d’Ivoire, venus célébrer la victoire de leur équipe lors de la CAN. L’intervention s’est soldée par 11 interpellations, qui concluent une semaine de violences policières racistes contre les supporters de la Côte d’Ivoire.

Arno Gutri

12 février

Facebook Twitter
Audio
Voiture défoncée, violentes interpellations : la BRAV-M réprime la joie des supporters ivoiriens

Crédits Photo : capture d’écran CLPRESS

Dimanche 11 février, l’équipe de football de la Côte d’Ivoire a remporté la 34ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) face au Nigeria. Après le coup de sifflet final, des supporters des « Eléphants » sont sortis dans les rues de Paris pour fêter la victoire. Les plus gros rassemblements ont eu lieu dans le quartier de Château d’Eau et sur les Champs-Elysées. Aux alentours de minuit, la BRAV-M, l’unité de police connue pour sa violence, est intervenue à coup de lacrymo et de matraques dans la foule.

Selon la préfecture de police, 11 personnes ont été interpellées. L’une des interpellations filmée est particulièrement violente. On y voit une dizaine de policiers encercler une voiture et en briser les vitres à coups de matraque, avant de projeter et tirer au sol l’un des occupants, tandis que les deux autres sont aussi interpellés et mis au sol, mains en l’air.

Ces nouvelles scènes de violences policières viennent ponctuer une semaine de violences et d’humiliations à l’encontre des supporters de la Côte d’Ivoire. Samedi 3 février, après la victoire en quart de finale face au Mali, des rassemblements festifs se sont spontanément organisés dans le quartier du Château d’Eau. Aux alentours de 22h, un policier s’avance vers une voiture dont un des passagers brandit un drapeau ivoirien, dégaine son arme et braque le véhicule jusqu’à parvenir au niveau de la vitre du conducteur.

Une autre vidéo de la suite de la scène montre le conducteur contre son véhicule, menottes aux poignets. D’après le parquet de Paris, il aurait passé la nuit en garde à vue. Face aux nombreux partages de la vidéo, la préfecture de police a réagi par un tweet, déclarant que « la joie provoquée par une victoire ne peut pas justifier un comportement dangereux : la personne concernée a été interpellée pour rodéo urbain après avoir mis en danger la foule suite à des embardées répétées ». Une version policière mensongère qui contredit totalement les images, ce que confirme d’ailleurs le parquet de Paris : « L’image ne révèle pas d’embardées, qui auraient d’ailleurs été rendues difficiles vu l’encombrement de la circulation. »

Quelques jours plus tard, le 8 février, une brigade cynophile était intervenue dans ce même quartier, menaçant les supporters en patrouillant avec leurs chiens au milieu de la foule, après la victoire de la Côte d’Ivoire en demi-finale. Ces images, qui évoquent la répression des supporters algériens lors de la CAN 2019 ou de la Coupe du monde, rappellent la criminalisation systématique des personnes immigrées ou issues de l’immigration en France. Une dure illustration du racisme d’Etat français, dans lequel même exprimer spontanément sa joie est interdit.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Menace d'expulsion de l'imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Menace d’expulsion de l’imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Mort d'Adama : le parquet reconnaît l'implication des gendarmes mais continue de défendre l'impunité

Mort d’Adama : le parquet reconnaît l’implication des gendarmes mais continue de défendre l’impunité

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Expulsions de SDF : comment l'Etat organise le « nettoyage » de Paris à l'approche des JO

Expulsions de SDF : comment l’Etat organise le « nettoyage » de Paris à l’approche des JO

14 février 1974 en Martinique : l'Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

14 février 1974 en Martinique : l’Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

La France a mené la charge pour légaliser l'enfermement des enfants aux frontières européennes

La France a mené la charge pour légaliser l’enfermement des enfants aux frontières européennes

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère