Monde

Primaire démocrate

Malgré la victoire de Clinton à New York, ce n’est pas la fin du combat pour Sanders

Publié le 20 avril 2016

Hillary Clinton vient de remporter une victoire importante dans la bataille des primaires dans l’Etat de New York. Avec près de 58 % des suffrages exprimés, elle obtient 139 sur 245 éventuels délégués, renforçant ainsi un peu plus l’écart en nombre de délégués entre Bernie Sanders et elle-même. Cette nouvelle victoire de Clinton annonce-t-elle pour autant la fin de la partie pour son rival rouge ?

Ivan Matewan

La course aux nominations présidentielles démocrate et républicaine bat toujours son plein aux États-Unis. L’épisode le plus récent de la bataille vient de se dérouler mardi 19 avril dans l’Etat de New York où les candidats des deux partis se sont affrontés de nouveau. Si les résultats confirment les avances de certains candidats comme Clinton et Trump, l’issue reste encore incertaine pour le moment.

Bernie Sanders a connu ces dernières semaines une série de victoires dans plusieurs États face à la candidate privilégiée de l’establishment démocrate. Ces victoires lui ont permis de progressivement combler le fossé qui le séparait de Clinton en termes de nombre de délégués. Sa candidature est devenue un véritable symbole pour des millions de personnes qui en ont marre de la caste politicienne corrompue qui dirige le pays en étroite collaboration avec Wall Street et qui aspirent à un autre projet de société. Ses rassemblements attirent désormais des dizaines de milliers de jeunes ou de salariés, comme à New York, où plus de 27 000 personnes se sont réunies pour le soutenir à la veille de la primaire.

Mais, dès le début, ses chances de l’emporter sur sa rivale dans le New York se sont vues assez réduites pour plusieurs raisons. D’abord, Clinton, ayant représenté l’Etat pendant des années au Sénat, avait l’avantage de jouer sur son propre terrain. Aussi, l’électorat de cet État est composé d’une grande partie de personnes non blanches qui tendent à favoriser la candidature de Clinton. Enfin, l’Etat a décidé d’interdire aux « indépendants » (des électeurs qui ne sont affiliés ni au parti démocrate, ni au parti républicain), qui sont généralement favorable à Sanders, de voter dans les primaires, à moins d’avoir changé leur affiliation partisane auprès des autorités électorales il y a au moins six mois.

En obtenant 58 % des voix exprimées, Clinton a évité de loin une défaite éventuellement humiliante et a renforcé son avance. Avant mardi, Clinton avait 1 289 délégués, alors que Sanders n’en avait que 1 076. Après sa victoire mardi, elle en a récolté encore 139 de plus. Sans compter les 469 « super délégués » – des dirigeants locaux, régionaux et nationaux du parti qui peuvent librement soutenir le candidat de leur choix – qui lui ont déjà prêté allégeance. Ainsi, elle s’approche progressivement des 2 383 délégués qu’il faudrait pour obtenir la nomination démocrate à la Conférence de Philadelphie cet été.

Pour autant, la victoire de Clinton, aussi importante soit-elle, ne semble pas être suffisante pour mettre « candidat rouge » hors course. Et la campagne du Sénateur du Vermont, devenue dans une certaine mesure l’expression du mécontentement de millions de personnes, contre les politiciens et les traders de Wall Street, notamment des jeunes, constitue une véritable épine bien planté dans le pied de l’establishment démocrate. Selon un sondage de CNN, 72% des électeurs entre 18 et 29 ans ont voté pour Sanders, alors que seulement 28 % ont choisi Clinton.

Les primaires se poursuivent dans les semaines à venir, avec trois grands États qui restent : Pennsylvanie, Californie, New Jersey. Dans ce contexte, il reste toujours à voir comment réagira la base électorale de Sanders face à une candidature présidentielle de Clinton et comment Sanders envisagera la suite selon cette réaction. En attendant, les deux candidats partent à la conquête de nouvelles voix dans l’espoir de devenir le prochain candidat démocrate à la présidentielle.