^

Politique

En appui à la Journée de la Terre

Paris : solidarité avec la Palestine et contre le massacre sioniste à Gaza

Le petit rassemblement, appelé à 15h, ce dimanche, a grossi, à mesure où arrivaient les drapeaux palestiniens et les manifestants avec leurs keffiehs en solidarité avec les Palestiniens qui font face, depuis vendredi, aux snipers de l’armée sioniste qui ont fait 16 morts et plus de 1500 blessés.

[Crédits photo : RévolutionPermanente.fr]

Des drapeaux et des autocollants de plusieurs organisations, syndicats et partis solidaires de la cause palestinienne, du PCF à Ensemble en passant par la CGT 75 et le NPA, EELV, LFI, l’UJFP, Forum Palestine et l’AFPS et l’ensemble du réseau militant de soutien à la Palestine : ce sont près de 200 personnes se sont rassemblées, ce dimanche, sous la statue de la République, à Paris.

Organisé dans l’urgence, compte-tenu de la précipitation des événements en Palestine, dans la bande de Gaza mais également en Cisjordanie, le rassemblement avait pour objectif de « briser le silence assourdissant » qui entoure le massacre qui est en cours, a souligné Julien Salingue, pour le NPA.

Plusieurs camarades se sont succédé au mégaphone, des élus, à l’instar d’Eric Coquerel, pour la France Insoumise, ainsi que des militants et des responsables d’association, en présence d’activistes et de militants de la cause palestinienne mais également des personnalités, comme les frères Nasser, cinéastes palestiniens à l’origine de Dégradé, film sélectionné à Cannes en 2015 et sorti en salle il y a tout juste deux ans, un huis-clos suffocant sur la situation gazaouie.

Depuis vendredi, à l’occasion de la célébration de la 42ème Journée de la Terre, la mobilisation de faiblit pas dans les territoires palestiniens, en dépit des tirs auxquels font face les manifestants qui sont appelés à se mobiliser jusqu’à l’anniversaire de la Nakba.

Convaincu que la « cause palestinienne reste majoritaire dans l’opinion publique », en France, Julien Salingue a appelé à « vaincre la tragique solitude » qui entoure aujourd’hui la lutte du peuple palestinien contre « l’Etat colonial » d’Israël. « C’est devenu normal de tuer des Palestiniens », a-t-il souligné. Mais face à « 16 morts d’un côté, et 0 de l’autre, plus de 1500 blessés d’un côté, et 0 de l’autre, ce n’est pas un affrontements qui a lieu, mais un massacre commis de sang-froid » par les autorité israéliennes et l’état-major de Tsahal.

« Palestine vivra, Palestine vaincra ! », « Droit au retour, des Palestiniens ! » et « Liberté, pour tous les prisonniers palestiniens ! » sont quelques-uns des slogans qui ont été scandés entre les différentes interventions, qui ont rappelé le cas emblématique de Salah Hamouri, qui reste encore, aujourd’hui, comme des milliers d’autres, dans les geôles sionistes.

Un rassemblement qui en appelle d’autres et à multiplier, dans les jours et les semaines à venir, la solidarité internationaliste avec le peuple palestinien dans sa lutte pour ses droits élémentaires, à commencer par le droit au retour, et pour dénoncer la politique criminelle de l’Etat d’Israël et de l’ensemble de ses complices, au premier rang desquels le gouvernement français, grand ami de Netanyahu.




Mots-clés

Benyamin Netanyahou   /    La France Insoumise   /    EELV   /    Impérialisme   /    Israël   /    PCF   /    CGT   /    Internationalisme   /    Proche et Moyen-Orient   /    Palestine   /    NPA   /    Politique