^

Société

Mis en place depuis 2014

« Vicieux », « boulet », branleur »... Quand Leroy-Merlin fiche ses intérimaires

Depuis quelques jours, un listing fait beaucoup parler. Cette liste, établie par des responsables de Leroy Merlin à la plateforme logistique de Valence consiste à ficher les intérimaires.

Un fichage, illégal qui plus est, mis en place par des responsables de la plateforme logistique de Leroy Merlin donne des avis sur les intérimaires venant travailler sur le site. On retrouve différents qualificatifs comme : « Boulet », « branleur », « feignasse » ou encore « mou du genou ». Cette polémique a éclaté après que les documents aient fuité et aient été diffusés par France 3.

Le fichier mis en place depuis 2014, liste les noms des intérimaires avec une colonne motif qui est très souvent remplie de caractères et mentions insultantes. Voilà comment les patrons parlent des salariés dans leurs dos. En plus du fichage, un mépris de classe. De plus ce dossier étant interne, il permet de refuser un nouveau contrat aux intérimaires.

La CGT qui a été interpellée après la fuite du dossier situé sur le réseau interne de l’entreprise, portera certainement plainte pour découvrir les responsables et exige par là même que la direction prenne aussi ses responsabilités.

Selon l’article L1222-2 du Code du travail, les informations demandées à un salarié ne peuvent avoir comme finalité que d’apprécier ses aptitudes professionnelles. Les données qui peuvent être collectées peuvent porter sur l’identité, la formation, la gestion de la carrière, l’évaluation professionnelle ou encore la validation des acquis de l’expérience. Mais il est interdit de collecter des informations en rapport avec la vie privée des salariés.

Alors qu’en 2016, cette plateforme avait été en grève car les salariés exigeaient des salaires revalorisés à hauteur des salariés du magasin Leroy Merlin et de meilleures conditions de travail. Il semble que la direction n’en ai pas tenu compte en laissant ses responsables parler de la sorte sur les salariés qui travaillent dans l’entreprise.

Exigeons pour les salariés, une condamnation ferme contre ces fichiers et listings illégaux et contre les responsables qui pensent pouvoir faire ça dans l’impunité la plus totale. Le management saigne de plus en plus les salariés, à en devenir inhumain, insultant les travailleurs. La CGT avait déjà critiqué les méthodes managériales de l’entreprise et cela nous rappelle fortement l’environnement de travail présenté dans "Cash Investigation : Travailleurs, ton univers impitoyable". Nous devons dénoncer ces méthodes que se soit à Free, Lidl ou Leroy Merlin et condamner ses entreprises. Suite à la loi travail 2, le seul moyen de contrer ces nouvelles méthodes managériales est de lutter dans les boîtes et par la rue.




Mots-clés

souffrance au travail   /    Patrons-voyous   /    Société