^

Politique

Un signe de faiblesse du gouvernement ?

Acte VI : 109 interpellations à Paris, dont Eric Drouet placé en garde à vue

A 18h30, il y avait déjà près de 109 interpellations à Paris dont l’interpellation, d’une violence particulièrement forte contre Eric Drouet, l’une des figures du mouvement des gilets jaunes.

samedi 22 décembre 2018

Il semble que le jeu du chat et de la souris imposé par les gilets jaunes aux forces de police comme au gouvernement pour cet acte 6 n’ait pas plu. Il fallait donc taper fort, plus d’interpellations que lors de l’acte 5, mais aussi cibler l’un des meneurs du mouvement, expression en définitive des difficultés que rencontre le gouvernement face à un mouvement des gilets jaunes toujours déterminé à défaire Macron et son monde.

A la différence de l’acte 5, où le dispositif maximal avait été mis en place à Paris, le gouvernement avait prévu non seulement dans la scénarisation mais plus encore, en mobilisation, 8 fois plus de forces de police en comparaison de la semaine dernière. Les forces de police ont été débordées à de nombreuses reprises et baladées par les gilets, dès ce matin à Versailles, mais aussi toute la journée à Paris. Dès lors, les forces de police ont interpellé cent neuf personnes dont sept placées en garde.

C’est aussi l’une des figures du mouvement qui a été interpellé et placé en garde à vue dans la mairie du 2ème arrondissement de Paris. Il n’est pas anodin qu’Eric Drouet, une des figures du mouvement ait été visé spécifiquement. Une façon de rendre la monnaie de sa pièce après une journée où le gouvernement a été totalement dépassé par la mobilisation des gilets jaunes qui avaient été cadenassés durant l’acte 5, empêchant tout simplement de manifester. Une manière aussi d’adresser un message à l’ensemble des gilets jaunes.

Nous relayons ci-dessous les images de son interpellation.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Politique