^

Politique

"Le Fouquet's plus à l'abri que les SDF"

Acte XIX : le Fouquet’s transformé en bunker

Une semaine après que le Fouquet's, la cantine préférée de la classe politique, ait été attaqué lors de l'acte 18 des gilets jaunes, le gouvernement a décidé de protéger le restaurant derrière un "sarcophage d'acier". Après plusieurs heures de travail, effectuées par des salariés sous-payés, voilà le Fouquet's transformé en Bunker pour certainement plusieurs milliers d'euros.

samedi 23 mars

Lors de l’acte XVIII le Fouquet’s a été mis à sac, en partie brûlé. Dès le lendemain et tout au long de la semaine, les médias et le gouvernement - qui a été dépassé lors de cette journée de mobilisation -, ont répété en boucle un discours anti-gilets jaunes. Edouard Philippe est d’ailleurs allé jusqu’à déclarer qu’alors que le gouvernement a "organisé le plus grand débat que ce pays ait connu", la "seule revendication" des gilets jaunes serait "la violence".

Au discours anti-gilets jaunes, c’est ajouté un dispositif renforcé policier et militaire [du jamais vu depuis 1948 pour l’acte XIX. Dans la nuit c’est également tout un dispositif qui a été mis en place pour protéger certaines enseignes, des "casseurs". Et le Fouquet’s a fait l’objet d’un traitement tout particulier. Ce matin, et sûrement toute une partie de la nuit, des employés ont travaillé à la bunkerisation du restaurant à l’aide de panneaux de métal soudés. Une façon d’envoyer un signal, un tantinet ridicule, de reprise du maintien de l’ordre par le gouvernement.

Une entreprise d’autant plus ridicule qu’elle a dû engagée des frais considérables. Ce qui a eu le don de mettre en colère les gilets jaunes. Comme l’a dit très justement Jérôme Rodriguez dans l’après-midi : "On s’insurge sur le Fouquet’s mais vous savez que le 31 il y a des gens qui vont être délogés, il y a des gens qui n’auront plus de maison". De fait, nombreux et nombreuses sont les gilets jaunes à ne pas avoir été choqués plus que cela par le "saccage" du Fouquet’s, à ne pas le condamner, eux et elles qui sont méprisés depuis quatre mois. Samedi dernier déjà, une jeune femme expliquait dans un reportage du Quotidien que l’attaque est "symbolique", une autre ajoutait, dans le même sens, "Le Fouquet’s ça représente l’argent et l’argent nous on en n’a pas.". La journaliste lui demande alors "et c’est pour ça que vous le saccagez ?", à elle de répondre : "Non, c’est parce que c’est ceux qui nous piquent l’argent qui profitent d’aller là". Car il y a ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique