×

« Chasse à l’homme »

Affaire Depardieu. Macron étale sa rhétorique masculiniste et son hypocrisie sur les violences sexuelles

Ce mercredi, Macron a apporté un soutien sans faille à Depardieu, accusé de violences sexistes et sexuelles par de nombreuses femmes. Une sortie qui marque un saut dans l’appropriation des rhétoriques réactionnaires de la part du pouvoir.

Mathias Lecourbe

23 décembre 2023

Facebook Twitter
Affaire Depardieu. Macron étale sa rhétorique masculiniste et son hypocrisie sur les violences sexuelles

« Je suis un grand admirateur de Gérard Depardieu ». Ce mercredi, Emmanuel Macron, invité dans l’émission C à Vous sur France 5, a été clair : il soutient fermement l’acteur Gérard Depardieu, accusé depuis des années par une dizaine de femmes de comportements sexistes, allant du harcèlement sexiste au viol, dans une impunité totale entretenue par une grande partie de l’industrie du cinéma sur ses agissements.

L’affaire a été relancée récemment par la diffusion d’une émission de Complément d’Enquête consacrée à l’acteur, dans laquelle il est filmé tenant des propos dégradants à l’encontre de femmes à de multiples reprises. Un passage au cours duquel Depardieu tient des propos sexualisant une petite fille faisant de l’équitation a en particulier suscité une indignation très large.

La ministre de la culture Rima Abdul-Malak a d’abord réagi en annonçant l’ouverture d’une procédure disciplinaire susceptible de déboucher sur le retrait de la légion d’honneur de Depardieu, expliquant que les extraits du documentaire, tournés alors que l’acteur était en voyage en Corée du Nord, faisaient « honte à la France ». Mais dans C à Vous, Emmanuel Macron a pris l’exact contre-pied des déclarations de la ministre de la Culture, en affirmant au contraire que Depardieu avait « fait connaître la France, nos grands auteurs, nos grands personnages dans le monde entier [...] ; et je le dis en tant que citoyen, mais aussi en tant que Président de la République, il rend fière la France », ajoutant que « la légion d’honneur n’est pas là pour faire la morale ».

Une déclaration des plus méprisantes à l’égard de toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles, alors même que les images viennent corroborer des témoignages accablants et que Depardieu a déjà fait l’aveu d’actes de viols dans la presse à au moins deux reprises.

Alors que Macron n’a pas hésité à remettre en cause l’authenticité des passages filmés par Complément d’Enquête, déclarant se « méfier » des « polémiques sur des reportages, sur des mots qui étaient en décalage avec les images », France Télévision a réagi en mandatant un huissier qui a confirmé que les rushs du reportage montraient Depardieu en train de tenir des propos sexualisant une fillette de dix ans.

La prise de position en défense de l’accusé de Macron survient alors que celui-ci a eu l’acteur au téléphone quelques jours avant son passage à la télévision d’après France Info, et ce une semaine seulement après la nouvelle du suicide d’une actrice qui avait dénoncé les agissements de Depardieu. Si Macron avait déjà défendu ses ministres Darmanin puis Abad accusés de violences sexuelles, c’est la première fois qu’il soutient publiquement un acteur, alors même qu’il avait lui même engagé une procédure pour faire retirer à Harvey Weinstein sa légion d’honneur en 2017 suite à l’affaire qui avait fait éclater #MeToo.

En comparant la dénonciation des actes de Depardieu à une « chasse à l’homme », Macron reprend à son compte les anathèmes de l’extrême-droite masculiniste, marquant un saut à droite dans son discours à l’égard des droits des femmes. Autant d’éléments qui expliquent la très large dénonciation qui s’est exprimée suite à l’émission, non seulement du côté des organisations féministes et des responsables politiques de gauche, mais aussi par des milliers d’internautes, réagissant notamment en lançant une nouvelle trend TikTok à charge contre le président et son bilan sur la question de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Un bilan que les affirmations d’être « inattaquable sur la lutte contre les violences faites aux femmes » n’effacera pas.

Depuis que Macron est entré à l’Élysée, il n’a fait qu’approfondir toutes les inégalités sociales, dont les inégalités de genre qui entretiennent les violences sexistes et sexuelles. Ce sont plus de 850 femmes qui ont été tuées en France depuis le début de son premier quinquennat. Dans un contexte d’inflation, ce sont les femmes qui sont la majorité écrasante des files toujours plus longues devant les banques alimentaires. Enfin, ce sont des millions de femmes qui devront travailler jusqu’à 67 ans suite à la réforme des retraites.

Alors que l’extrême-droite est à l’offensive, instrumentalisant le récit d’un viol qui aurait été commis par un migrant visé par une OQTF pour promouvoir des politiques toujours plus répressives envers les étrangers et les personnes issues de l’immigration, la défense de Depardieu par Macron rappelle l’hypocrisie des classes dominantes sur les questions de violences sexistes et sexuelles, thématique particulièrement instrumentalisée par l’État ces dernières années au service du durcissement de la répression et de la traque des étrangers.

D’un point de vue féministe, nous devons souligner la nécessité de combattre toutes les offensives d’un gouvernement qui soutient les hommes bourgeois accusés de violences sexistes et sexuelles, en même temps qu’il vise les mères des jeunes des quartiers populaires qui se sont révoltés cet été ou les lycéennes portant des abayas, qu’il cherche à attaquer les droits des travailleurs ou à précariser et à opprimer davantage les étrangers. Toutes ces questions sont des questions féministes et toutes les offensives contre notre camp social, dans son entièreté ou par secteur, participent à renforcer l’oppression des femmes et des minorités de genre et à faire progresser l’extrême-droite.

Il est urgent de construire une riposte par en bas et dans l’unité la plus large pour faire reculer l’ensemble des offensives réactionnaires, racistes et sexistes, que le gouvernement et l’extrême droite tentent de nous imposer.


Facebook Twitter
Journée de lutte contre les LGBTphobies le 17 mai : construisons la riposte trans et féministe !

Journée de lutte contre les LGBTphobies le 17 mai : construisons la riposte trans et féministe !

« Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l'offensive transphobe ?

« Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l’offensive transphobe ?

8 mars : non, le collectif Nous Vivrons n'avait rien à faire dans la manifestation !

8 mars : non, le collectif Nous Vivrons n’avait rien à faire dans la manifestation !

Témoignage de Judith Godrèche : un éclairage brut sur les systèmes de domination dans le cinéma

Témoignage de Judith Godrèche : un éclairage brut sur les systèmes de domination dans le cinéma

Tribune. Plus de 1000 psys, profs et étudiant·es en psycho contre l'offensive transphobe

Tribune. Plus de 1000 psys, profs et étudiant·es en psycho contre l’offensive transphobe

25 000 personnes contre l'offensive transphobe : organisons-nous par en bas pour poursuivre le mouvement !

25 000 personnes contre l’offensive transphobe : organisons-nous par en bas pour poursuivre le mouvement !

Contre les attaques transphobes et l'extrême-droite, tous.tes dans la rue dimanche 5 mai !

Contre les attaques transphobes et l’extrême-droite, tous.tes dans la rue dimanche 5 mai !

Tribune. Attaques contre les droits trans et reproductifs : n'attendons plus, faisons front !

Tribune. Attaques contre les droits trans et reproductifs : n’attendons plus, faisons front !