^

Politique

Vu sur le blog de Wael Mejrissi

Après avoir envoyé la police, la directrice de la RATP envoie ses voeux aux agents !

Catherine Guillouard a présenté ses vœux aux salariés de la RATP et vu les circonstances, ceux-ci ont pris un caractère particulier.

mercredi 15 janvier

Article initialement publié sur le blog de Wael Mejrissi

Après des voeux convenus et loin de susciter l’enthousiasme de tous, elle s’est empressée de remercier les agents qui ont assuré le service minimum si cher à Île de France Mobilités. Comprenne qui voudra mais les grévistes, eux, ont bien saisi le message culpabilisant et humiliant vis-à-vis de tous ceux qui ont osé battre le pavé pour défendre le progrès social et la solidarité. Et d’ajouter que l’entreprise risque de perdre une grande part des bénéfices réalisés en 2019 à cause du mouvement social selon les propres termes de la présidente. Des menaces à peine voilées d’une éventuelle banqueroute de l’entreprise publique de transport qui serait là encore imputable bien évidemment aux grévistes.

Des voeux consensuels ne seront donc pas pour cette année d’autant que les agents promis à une concurrence dure et féroce comme aime à le rappeler la pédégère de la RATP n’ont pas oublié la généreuse augmentation qu’elle s’est octroyée juste avant la grève. Une grève historique par son intensité et sa durée qui priveront des milliers de machinistes et de conducteurs d’un salaire digne pour avoir dit non à la régression sociale.

La répression policière autorisée et même encouragée par la direction en lieu et place de madame Guillouard restera dans la mémoire collective comme une ligne rouge franchie et risquent de rendre l’ambiance du futur dialogue social délétère. Irène, syndicaliste RATP, sauvagement matraquée lors de la manifestation du neuf janvier ainsi que d’autres manifestants grévistes victimes des mêmes brutalités ont mis en lumière ce que Le Monde n’hésite plus désormais à qualifier de violences policières. Sans parler des conseils disciplinaires en cascade mettant en cause les grévistes ne sont absolument pas de nature à remettre de l’apaisement au sein de l’entreprise de transport.

Voilà autant d’éléments qui vont cimenter le sentiment d’amertume et d’injustice qui animent les grévistes de la RATP et que rien ne pourra effacer, en tout cas pas des vœux indigestes et loin de la compassion qu’auraient méritées de pareilles circonstances. Il ne faudra en tout cas pas compter sur les grévistes pour souhaiter une bonne année à leur présidente car la leur ne commence pas sous les meilleurs auspices et on peut même désigner la présidente comme principale responsable de la désintégration du climat social depuis le 5 décembre au sein de l’entreprise.

Les grévistes de la RATP sont objectivement les héritiers du Conseil National de la Résistance, un héritage qui comporte bien des sacrifices mais qu’ils assument fièrement car ils savent qu’il en va de l’avenir de leurs enfants mais aussi des générations futures.

Crédits photo : O Phil des Contrastes




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    RATP   /    Politique