^

Monde

Instrumentalisation de l'horreur

Après l’attentat de Berlin, Merkel durcit sa politique migratoire

Juste après l'attaque meurtrière au camion-bélier, au marché de Noël de Berlin, les réactions sur la droite ne se sont pas faites attendre. En cause ? La politique « laxiste » de Merkel en matière d'immigration. Critiques réactionnaires que le gouvernement allemand semble prendre très au sérieux… Léonie Piscator

mercredi 28 décembre 2016

Cette année aura été l’année de la réaction, en Allemagne. Après les agressions de Cologne il y a un an, et toute une série d’attaques jusqu’à l’attentat récent au marché de Noël de Berlin, la droite et l’extrême-droite se sont fait une joie d’incriminer les migrants et la politique de Merkel en la matière. Au lendemain de l’attentat au camion-bélier, plusieurs centaines de militants d’extrême-droite avaient défilé au son de « Merkel, dégage ! », et Marcus Pretzell, du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), avait tweeté « Ce sont les morts de Merkel ».

Depuis, les médias internationaux ne cessent d’égrener des chiffres. En 2016, l’Allemagne aurait accueilli environ 300000 réfugiés, soit presque trois fois moins qu’en 2015. Et ces chiffres ne correspondent en rien au visage humaniste que tentait de projeter la chancelière, mais la soi-disant « ouverture des frontières » était en réalité un moyen de pallier au manque de main-d’œuvre bon marché, outre-Rhin. Dans le même temps, ils étaient des dizaines de milliers à subir la répression aux frontières et à se faire refouler et ils sont presque 200000 en voie d’expulsion. Et les crimes racistes n’ont pas cessé de se multiplier.

Mais depuis quelques mois, du fait des pressions sur la droite et parce que le quota de main-d’œuvre a été atteint, Merkel durcit encore la politique migratoire allemande. L’opposition de droite demande à ce que le nombre de demandes d’asile soit limité à 200000 l’année à venir. Les accords se multiplient, comme avec l’Afghanistan, dont les ressortissants peuvent désormais être expulsés d’Allemagne dans les « zones sûres » (!) de leur pays d’origine. Le gouvernement fait pression sur les Lander – administrations – en charge des expulsions pour que leur nombre augmente.

Le message est clair : que vous fuyiez la guerre ou la misère, peu importe au gouvernement allemand, vous n’êtes pas les bienvenus ! Et ils sont de plus en plus nombreux à subir ce racisme d’État puisqu’ils sont presque 60000 a être partis d’eux-mêmes après un refus d’asile cette année.




Mots-clés

Attentat   /    Racisme   /    Allemagne   /    Réfugiés   /    Monde